Illustration du métro parisien.
Illustration du métro parisien. - SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Les transports franciliens devant le problème des perturbations liées aux suicides. Le réseau est confronté à «plus de 450 suicides par an» (soit plus d'un par jour), a annoncé ce jeudi le ministère des Transports, la Région Ile-de-France, la SNCF et le Stif lors d’un point presse. Des suicides, souvent appelés «accident grave de voyageur» dans le métro parisien, qui entraînent des retards et des suppressions de trains difficiles à gérer pour les usagers.

Le 8 février, le suicide d’une personne dans un tunnel de la gare du Nord avait ainsi nécessité la neutralisation des voies pendant cinq heures, entraînant des retards et de nombreuses suppressions de train. C’est pour faire face à ce type de situations exceptionnelles que les services de transport s’engagent, «d’ici la fin du mois de juin» à «de nouvelles modalités d’actions plus efficaces» pour revenir le plus vite possible à une «exploitation normale» du réseau après un suicide, et ce dans le respect de la procédure judiciaire.

Par ailleurs, la société Data Publica a mis en ligne les statistiques des suicides des lignes RATP (métro, RER A et B) entre 2005 et 2011, à voir par ici.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé