Photo d'illustration d'un kébab.
Photo d'illustration d'un kébab. - SIMON ISABELLE/SIPA

M.P.

Après le cheval dans le bœuf, désormais, du porc à la place de l’agneau ou de la dinde. Du moins en Suisse, d’après des analyses effectuées par un laboratoire. De la viande de porc a été découverte dans sept échantillons sur vingt vendus dans neuf villes (Genève, Lausanne, Zurich, Bâle, Bienne, Winterhur, Lucerne, Kreuzlingen), a annoncé lundi le Conseil central islamique suisse (CCIS). Le CCIS s’est dit choqué par cette nouvelle puisque la consommation de porc est interdite par la religion musulmane.

«L'analyse des échantillons révèle une très faible proportion de viande de porc, inférieur à 0,1», indique le CCIS dans un communiqué.

D’après le Conseil central islamique suisse, il pourrait s’agir de reste de viande de porc utilisée pour d’autres produits qui se sont retrouvés en contact avec des instruments qui ont pu servir à préparer la viande pour les kebabs.