La mère, interpellée vendredi après que ses deux fils et sa fille ont été retrouvés égorgés au domicile familial à Dampmart (Seine-et-Marne), a été hospitalisée d'office à l'issue d'un examen psychiatrique samedi, a annoncé une source judiciaire à l'AFP.
La mère, interpellée vendredi après que ses deux fils et sa fille ont été retrouvés égorgés au domicile familial à Dampmart (Seine-et-Marne), a été hospitalisée d'office à l'issue d'un examen psychiatrique samedi, a annoncé une source judiciaire à l'AFP. - Kenzo Tribouillard AFP

avec AFP

La mère, interpellée vendredi après que ses deux fils et sa fille ont été retrouvés égorgés au domicile familial à Dampmart (Seine-et-Marne), a été hospitalisée d'office à l'issue d'un examen psychiatrique samedi, a annoncé une source judiciaire à l'AFP. La femme, née en 1972, avait été interpellée vendredi après-midi dans le XXème arrondissement de Paris chez des proches, également appréhendés et placés en garde à vue.

«On ne la voyait presque jamais»

C'est le père de cette famille «discrète» selon plusieurs voisins, un médecin spécialiste qui possédait un cabinet dans la commune voisine de Lagny-sur-Marne, qui avait donné l'alerte après avoir découvert ses enfants dans un bain de sang tôt vendredi matin. Les corps des trois enfants -deux garçons 14 et 16 ans, et une fille de 9 ans- devaient subir une autopsie samedi matin à l'Institut médico-légal de Paris. La mère d'origine africaine avait des problèmes d'alcool. «A priori elle buvait», selon la source judiciaire. «On ne la voyait presque jamais», a décrit une voisine qui habite juste en face de la coquette maison en meulière où vivait le couple avec ses trois enfants. «Ils étaient pas causants».

«Elle était tellement souriante, toujours jolie avec ses boubous (...) ma soeur qui est leur voisine directe n'a jamais entendu ni un bruit ni un cri. J'arrive pas à me mettre en tête que c'est la mère qui a fait ça. Pour moi c'est pas elle», confiait une autre voisine. Une marche blanche en mémoire des victimes a démarré à 15H00 dans le village de Dampmart, tandis que les cloches de l'église sonnaient. Plus d'une centaine de jeunes, des amis de l'école, pour certains vêtus de blanc, y participaient, a constaté l'AFP.