Fonctionnaires: Toutes les réactions à la fin de la journée de carence

57 contributions
Publié le 21 février 2013.

REACTIONS – Les syndicats de fonctionnaires sont les seuls à se réjouir de l’annonce de Maylise Lebranchu…

Le jour de carence sur les arrêts maladie des fonctionnaires français sera de nouveau payé à partir de l'automne 2013, a annoncé ce jeudi la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu.

Sans surprise, les syndicats de la Fonction publique ont salué la décision, mais prévenu aussitôt qu'ils attendaient plus du gouvernement, notamment en matière salariale.

«Pour nous, il y a là une avancée non négligeable que nous mettons au compte de notre pugnacité de n'avoir jamais lâché l'affaire sur ce sujet là», a déclaré Jean-Marc Canon, représentant CGT, premier syndicat chez les fonctionnaires, évoquant la mobilisation unitaire des syndicats contre la mesure. Mais, a-t-il aussitôt souligné, «on considère que ce n'est pas un solde de tout compte (...) Ça ne saurait exonérer le gouvernement de prendre des mesures, par exemple des mesures générales sur les salaires pour l'année 2013.»

>> Retrouvez ici toutes les réactions des syndicats de fonctionnaires

Les organisations syndicales ont prévu de se retrouver dans la soirée jeudi pour «faire un point plus général sur la situation dans la fonction publique».

«Pas raisonnable» pour le Medef

La présidente du Medef Laurence Parisot a jugé «pas raisonnable du tout» la décision du gouvernement de supprimer le jour de carence pour les fonctionnaires en arrêt maladie, évaluant le coût à 200 millions d'euros.

«Nous avons besoin de faire des économies. La France est "addict" à la dépense publique et il faut qu'on sorte de cette logique-là», a déclaré Laurence Parisot sur RTL. «C'est une décision qui n'est pas raisonnable du tout. C'est une décision qui coûte cher», a-t-elle fait valoir.

La Fédération hospitalière craint pour les patients

Le Conseil d’administration de la Fédération hospitalière de France (FHF) a affirmé avoir constaté un taux d’absentéisme en baisse depuis la mise en place du jour de carence. Dans un communiqué, elle affirme que «la prise en charge des patients est mieux assurée grâce à des équipes plus stables et, dans le même temps, des économies significatives ont pu être dégagées au profit de dépenses indispensables.»

«Le Conseil d’administration de la FHF estime qu’une remise en cause du jour de carence serait préjudiciable au service public hospitalier et, in fine, aux patients», ajoute-t-elle.

Une décision «démagogique»

La droite a vivement réagi également à cette suppression d’une autre mesure du mandat de Nicolas Sarkozy. L’ancien ministre du Budget François Baroin a qualifié de «faute» cette décision de Marylise Lebranchu.

«C’était aussi un message adressé (…) pour mettre en perspective un effort collectif, y compris de la part de la puissance publique», a-t-il déclaré sur Europe 1.

Pour l’ancien ministre de la Fonction publique, François Sauvadet, la suppression de la journée de carence est «d’une démagogie sans nom», a-t-il dit sur LCI. «C’était une mesure d’abord de justice et d’équité. On s’était aperçu (…) que le nombre de jour d’arrêt de courte durée était deux fois supérieur dans la Fonction publique.»

I.R. avec agences
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr