Un restaurant Subway d'Angers a limité son offre promotionnelle de Saint-Valentin aux couples hétérosexuels.
Un restaurant Subway d'Angers a limité son offre promotionnelle de Saint-Valentin aux couples hétérosexuels. - CAPTURE D'ECRAN/20MINUTES.FR

Anaëlle Grondin

Puisque «la loi de mariage pour tous n’est pas encore ratifié» (sic), un restaurant Subway basé à Angers a restreint son offre promotionnelle spéciale Saint-Valentin aux «couples H/F». C’est ce qui était marqué noir sur blanc jeudi sur une affiche  placardée par le patron dans l’établissement situé à deux pas de la fac de droit.

Des photos de cette affiche ont circulé sur les réseaux sociaux ce vendredi et provoqué un tollé. De nombreux internautes ont dénoncé le caractère homophobe et discriminatoire de l’offre proposée ce 14 février.

Dans un communiqué, Quazar, centre LGBT (Lesbien Gay Bi Trans) d'Angers a également dénoncé le «caractère homophobe de cette offre communiquée par voie d'affiche au public».  «Que cette affiche soit bourrée de fautes, et exprimée dans une syntaxe qui laisse à désirer, est déplorable mais bien plus grave est l'homophobie pénale qu'elle exprime», dénonce-t-il, avant d’ajouter: «L'auteur de cette affiche commet une erreur commerciale et juridique de taille en liant les couples -qu'ils ne précisent pas devant être mariés, qui peuvent donc tout aussi bien être des concubins que des pacsés- à la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe, qui a été adoptée en première lecture à l'Assemblée nationale mardi dernier. C'est sans rapport.»  Quazar finit par demander «des explications à Subway France et les mesures que la société compte prendre en réaction à cette initiative qui n'est circonscrite qu'à cette franchise».

L’heure a donc été à la gestion de crise ce vendredi après-midi pour Subway France, qui a répondu à certains internautes furieux via son compte Twitter, indiquant que l’entreprise avait été avertie et qu’elle a fait retirer l’affiche de ce restaurant d’Angers. 

Selon France Télévisions Info, Subway France se dit «horrifié» et se «désolidarise de cette initiative personnelle d’un franchisé». Le groupe dit souhaiter «une sanction très grave, importante et exemplaire». Il a par ailleurs indiqué que le restaurant incriminé a été fermé depuis.

Une habitante de la ville a tweeté une photo de l’établissement en fin d’après-midi pour montrer que l’affiche avait bien été retirée et le restaurant fermé de manière «exceptionnelle». Mais le bad buzz est fait.