Nantes: Un homme s'immole par le feu devant Pôle emploi

56 contributions
Publié le 13 février 2013.

SOCIAL - La victime est un chômeur en fin de droit d'indemnisation, les pompiers seraient arrivés trop tard sur les lieux...

Un homme âgé de 41 ans, Djamal Chaab, est décédé ce mercredi en s’immolant par le feu devant une agence Pôle emploi située dans une zone industrielle à l’est de Nantes.

La victime, un chômeur en fin de droit d'indemnisation, s'était aspergé d'essence, a-t-on appris de sources policières.

Le dispositif de surveillance a échoué

Le désespéré avait informé Pôle emploi ce matin de la de sa volonté de mettre fin à ses jours. Pôle emploi a alors prévenu la police qui a mis en place un dispositif de surveillance au domicile de la victime.

Malgré la mise en place d’une méditation et du dispositif de surveillance, l’homme a atteint le parking de l'agence et est passé à l’acte en s’aspergeant d’essence, vers midi. Arrivés sur place, la police et les pompiers n’ont pu que constater le décès.

D'après l'AFP, plusieurs médias locaux avaient également reçu un mail de cet homme annonçant son intention de passer à l'acte dans la semaine devant son agence de Nantes-Est, pour protester contre le rejet de son dossier alors qu'il estimait avoir travaillé suffisamment d'heures.  

«Lundi 11 février, le demandeur d’emploi s’est présenté à l’agence Pôle emploi Nantes Est. Une conseillère l’a reçu pour lui expliquer la règlementation appliquée. Le lendemain, le demandeur d’emploi a repris contact avec Pôle emploi et a fait part de son intention de mettre fin à ses jours devant l’agence» confirme Pôle emploi dans un communiqué. «Les équipes de Pôle emploi l’ont immédiatement recontacté pour rechercher avec lui les solutions possibles. Dans le même temps, Pôle emploi a alerté les pompiers et les forces de l’ordre. Malgré toutes ces dispositions, le demandeur d’emploi s’est rendu ce matin aux abords de l’agence et est passé à l’acte».

Pôle emploi a fermé ses portes

Une autopsie et des analyses seront pratiquées, selon le procureur de Nantes, Brigitte Lamy. Choqués, les personnels de Pôle emploi reçoivent actuellement un soutien psychologique.

La direction de Pôle Emploi à Paris a confirmé ce suicide et que l'homme était bien inscrit dans cette agence et en fin de droits, «Cette personne avait déposé fin décembre une demande d’allocation suite à une fin de mission intérimaire. Les conditions d’ouverture de droits à l’assurance chômage n’étant pas réunies, une demande d’allocation spécifique de solidarité (ASS) lui a donc été remise», précise Pôle emploi dans le communiqué. L’agence Pôle emploi est fermée depuis.

Une enquête judiciaire a été ouverte pour déterminer «ce qui a conduit à un tel geste de désespoir», indique le ministère du Travail dans un communiqué.
 
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a exprimé sa «très forte émotion». «Ce drame nous interpelle tous, on ne peut être que choqué» a-t-il dit sur France 3, précisant avoir demandé au ministre du Travail, Michel Sapin, de se rendre sur place.

Dans un communiqué, la CGT chômeurs «dénonce l'inhumanité avec laquelle les chômeurs sont traités les poussant comme aujourd'hui à mourir de pauvreté sous couvert de l'application d'une règle qui ne sert qu'à sanctionner, fliquer et humilier les chômeurs.»

 

 

 

Nantes, Frédéric Brenon, avec agences
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr