Illustration de clandestins, au lac de Teteghem près de Dunkerque dans le Nord, le 18 novembre 2010.
Illustration de clandestins, au lac de Teteghem près de Dunkerque dans le Nord, le 18 novembre 2010. - BAZIZ CHIBANE/SIPA

Anne-Laëtitia Béraud

Un vaste trafic de clandestins kurdes irakiens a été démantelé dans la nuit du 5 au 6 février grâce à une opération policière entre la France, la Belgique et la Grande-Bretagne, a appris 20 Minutes de la brigade mobile de recherche zonale de la police aux frontières «zone nord», basée à Lille.

Trente-six interpellations ont été réalisées, tant sur la Côte d’Opale qu’en Belgique et en Angleterre. L’enquête a révélé qu’en 18 mois, 63 millions d’euros ont été payés par les clandestins aux passeurs, kurdes eux aussi.

Clandestins cachés dans des camions

Le mode opératoire était ingénieux. En France, les passeurs faisaient monter des clandestins dans des camions en direction de la Belgique, où ils montaient ensuite dans des camions belges. Cachés, ces clandestins atteignaient ensuite la Grande-Bretagne, via Calais.

Les passeurs interpellés en France ont été placés en dépôt. Six personnes interpellées en Belgique et en Angleterre devraient bientôt être expatriées vers la France grâce à des mandats européens, où elles devront répondre de faits similaires.

L’opération, sous l’égide de l’agence européenne Eurojust, a été menée en France à la suite d’une commission rogatoire de la juridiction interrégionale spécialisée de Lille. Une enquête est toujours en cours.