Des véhicules des pompiers.
Des véhicules des pompiers. - V. WARTNER / 20 MINUTES

A.D. avec AFP

Arnaud, un jeune homme de 23 ans domicilié à Saint-Nicolas-de-Port en Lorraine, est décédé ce week-end à cause d’une banale grippe, rapporte ce jeudi l’Est Républicain.

Le jeune postier est rentré chez sa grand-mère fiévreux mercredi 30 janvier, après sa journée de travail à Nancy, raconte le quotidien régional.

Après avoir consulté le médecin, il refuse de se mettre en arrêt maladie et retourne travailler le lendemain. La fièvre se faisant plus forte, la grand-mère rappelle le généraliste: «Il m’a dit que c’était la grippe, qu’il fallait attendre trois ou quatre jours et que ça irait mieux s’il prenait ses médicaments» raconte-t-elle. Le vendredi, c’est auprès du Samu que la grand-mère demande de l’aide.

Son père insiste pour qu'une ambulance se déplace

Au cours du week-end, l’état du jeune homme s’améliore, il «semble en voie de guérison» précise l’Est Républicain. Le dimanche midi, alors qu’après une rechute Arnaud se sent mal et crache du sang, le 15 se montre encore rassurant.

Son père, André Bigerel, insiste pour qu’une ambulance fasse le déplacement. «Il a fallu attendre deux heures avant qu’une ambulance vienne. Et lorsqu’elle est arrivée, c’était la catastrophe. Mon fils avait les lèvres bleues. Il avait du mal à respirer et il a fait une syncope. Les brancardiers ont paniqué et ont eu du mal à faire fonctionner le défibrillateur ainsi que l’aspirateur de mucosité. Mais je ne leur en veux pas, ils ont fait du mieux qu’ils pouvaient», témoigne le père.

Le coeur est reparti, avant de s'arrêter

Pendant une demi-heure, les secours réalisent des massages cardiaques sur le corps du jeune homme. A l’arrivée des pompiers, le cœur est reparti. «J’étais fou de joie», se souvient André, mais après une quinzaine de secondes, le cœur s’arrête à nouveau.

Ce mercredi, le père a décidé de porter plainte contre X pour comprendre la lenteur des secours, une enquête judiciaire a été ouverte à Nancy, a-t-on appris auprès du parquet. «Une autopsie est en cours. Plusieurs prélèvements ont été faits, ils sont en cours d'analyse», a indiqué à l'AFP le procureur de Nancy, Thomas Pison.

«La réaction de la famille est compréhensible, mais il faut rester prudent. Nous verrons s'il y a eu des carences dans la prise en charge de la victime», a pour sa part indiqué à l'AFP le vice-procureur, Yvon Calvet.