La porte de l'appartement de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, où une famille a vécu recluse pendant un à trois ans, jusqu'au 5 janvier 2013.
La porte de l'appartement de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, où une famille a vécu recluse pendant un à trois ans, jusqu'au 5 janvier 2013. - FABRICE ELSNER / 20 MINUTES

Guillaume Frouin

On en sait un peu plus sur les «reclus de Saint-Nazaire». Le père de famille, âgé de 51 ans, a été placé en garde à vue ce jeudi, dans le cadre de l’enquête pénale ouverte pour «abandon moral et matériel de mineurs». Lui, sa femme de 47 ans et quatre de ses cinq enfants avaient en effet été retrouvés samedi par les pompiers dans leur appartement totalement insalubre, aux odeurs nauséabondes et aux murs maculés de moisissures.

Déjà condamnés pour ces faits

Le couple avait déjà été condamné par défaut en 2008 pour des faits similaires, «décision non définitive à ce jour» a précisé ce jeudi le parquet. «Les premières investigations ne permettent pas de conclure à l’existence d’éléments constitutifs du délit de séquestration», précise Florence Lecoq, procureur de la République de Saint-Nazaire.

«Conditions de vie matérielles, sociales et intellectuelles extrêmement précaires», «absence d’hygiène» et «isolement total de la cellule familiale  ont toutefois été mis en évidence. Un isolement «justifié par les parents par la crainte du monde extérieur, ressenti comme intrusif, hostile et agressif», selon la magistrate.

Un mode de vie «revendiqué»

Les enfants se sont ainsi retrouvés «privés de liens sociaux, de suivi médical sérieux, d’activité physique et de scolarité adaptée», poursuit-elle, «leurs parents refusant toute aide extérieure jugée illégitime et revendiquant leur mode de vie». Une information judiciaire devrait ainsi être ouverte prochainement à l’encontre des deux adultes.

«Aucune violence ou maltraitance» n’a néanmoins été signalée par leurs trois enfants majeurs. Les deux autres enfants mineurs, reconnus comme handicapés et déscolarisés depuis plusieurs mois au profit d’un enseignement par correspondance, seront bientôt entendus par les enquêteurs.