FRANCE, Ribécourt-Dreslincourt : This handout photograph released by the French Gendarmerie of Compeigne shows gendarmes using a Saint-Hubert dog to search for missing teen Bruno Dovergne on December 26, 2012 near Ribecourt-Dreslincourt one week after the Down Syndrome affected 17 year old disappeared from the Compiegne region. ---EDITORS NOTE---HANDOUT RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / Gendarmerie de Compiegne " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS - AFP PHOTO / Gendarmerie de Compiegne 
FRANCE, Ribécourt-Dreslincourt : This handout photograph released by the French Gendarmerie of Compeigne shows gendarmes using a Saint-Hubert dog to search for missing teen Bruno Dovergne on December 26, 2012 near Ribecourt-Dreslincourt one week after the Down Syndrome affected 17 year old disappeared from the Compiegne region. ---EDITORS NOTE---HANDOUT RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / Gendarmerie de Compiegne " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS - AFP PHOTO / Gendarmerie de Compiegne  - AFP PHOTO / Gendarmerie de Compiegne

M.P.

Le corps découvert mardi matin dans une écluse sur le canal de l’Oise est bien celui de Bruno, l’adolescent trisomique de 17 ans qui avait disparu depuis le 18 décembre. Il a été identifié par un membre de la famille, a précisé à l'AFP le procureur de Compiègne, Ulrika Delaunay-Weiss ce mercredi, confirmant une information de BFM TV. 

Par ailleurs, le jeune homme est mort d’une hydrocution et aucune trace de violence ne serait apparue à l’autopsie, selon la chaîne d’infos en continu. La piste criminelle est donc écartée, a confirmé le procureur.

Les enquêteurs avaient la «quasi-certitude» que le corps retrouvé était celui du disparu. En effet, après sa disparition, un batelier avait dit l'avoir aperrçu peu de temps après sa disparition sur les bords du canal. 

Le canal avait déjà été dragué

Et de nombreux appels étaient parvenus à la gendarmerie après le lancement de l'avis de disparition signalant la présence de l'adolescentdans diverses localités aux alentours de Ribécourt-Dreslincourt.

Le canal dans lequel le corps a été retrouvé avait été dragué par les gendarmes mais dans des conditions difficiles. «Les plongeurs ne voyaient pas leurs mains» a assuré le responsable de la gendarmerie.