Geneviève, la lycéenne de 16 ans originaire du Puy-en-Velay qui a fugué depuis le 4 décembre, confie aller bien et être "heureuse" aux côtés des opposants au futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans Le Parisien/Aujourd'hui en France de mardi.
Geneviève, la lycéenne de 16 ans originaire du Puy-en-Velay qui a fugué depuis le 4 décembre, confie aller bien et être "heureuse" aux côtés des opposants au futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans Le Parisien/Aujourd'hui en France de mardi. - Thierry Zoccolan afp.com

© 2013 AFP

Geneviève, la lycéenne de 16 ans originaire du Puy-en-Velay qui a fugué depuis le 4 décembre, confie aller bien et être «heureuse» aux côtés des opposants au futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans Le Parisien/Aujourd'hui en France de mardi.

«Je ne partirai pas (...) Je veux vivre dehors, faire des rencontres inattendues, être libre de mes mouvements», explique-t-elle, demandant à sa famille «de respecter (son) choix». «Je vais bien et je suis heureuse» et «surtout, je suis en accord avec moi-même», ajoute la jeune fille qui se définit «comme une anarchiste».

«Ici, on vit en communauté, et ça me plaît. Ensuite, je me reconnais dans le combat des anti-aéroport, un projet qui menace la nature sans être nécessaire. On défend une cause juste», poursuit-elle.

Geneviève et Camille, 17 ans, élèves de première au Puy-en-Velay, avaient prétexté une visite à l'infirmerie de leur lycée pour prendre la fuite, le 4 décembre. Les parents de Camille sont venus samedi soir à Notre-Dame-des-Landes chercher leur fille qui les avait elle-même appelés.

Lundi, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a estimé que le retour dans sa famille de Geneviève, devait «se régler dans l'apaisement».