Hôpital de la Timone, Marseille, illustration
Hôpital de la Timone, Marseille, illustration - ANNE CHRISTINE POUJOULAT/AFP

avec AFP

La disparition d'une petite fille de cinq mois à l'hôpital de la Timone à Marseille samedi soir suscite l'inquiétude, a-t-on appris ce lundi. 

D'après les premiers éléments, la piste familiale est privilégiée. Le bébé aurait été vraisemblablement enlevé par des membres de sa famille, a-t-on appris lundi de source policière. «Aucun élément ne pourrait laisser penser que quelqu'un d'autre» que la famille ait enlevé ce nourrisson, que personne n'a vu quitter l'hôpital.

La disparition a été constatée samedi, après 18h

C'est samedi vers 18h20 qu'a été constatée ladisparition de l'enfant, prénommée Chanel et dont les deux parents, d'origine roumaine, appartiennent à la communauté des gens du voyage. Des soins avaient été prodigués au bébé vers 17h pour une gastro-entérite et une bronchiolite par une infirmière et une auxiliaire de puériculture. Mais, à 18h, lorsque l'interne de garde est venu prendre des nouvelles de la petite fille, cette dernière n'était plus dans son lit.

L'enfant, qui était soigné a été retiré à ses parents, dont sa mère mineure, à la fin du mois d'octobre.  Elle avait été placé dans une pouponnière des services sociaux, puis hospitalisé à la Timone en fin de semaine dernière.

Les parents réclamaient leur enfant

Les parents avaient, à plusieurs reprises, demandé à récupérer leur enfant, qui leur avait été retiré par les services sociaux en raison d'un état de malnutrition sévère. Le bébé avait fait l'objet d'une ordonnance provisoire de placement à la pouponnière départementale de Montolivet à Marseille, a précisé Christophe Got, directeur de garde de l'assistance publique des hôpitaux de Marseille.

Depuis le 16 décembre, la petite Chanel était hospitalisée à La Timone.

Les enquêteurs, qui ont interrogé le personnel de la Timone, ont précisé que l'état de santé de l'enfant ne le mettait pas en danger immédiat.

Les parents sont injoignables

Les parents du bébé se sont beaucoup déplacés de campement en campement, ce qui rend leur recherche difficile, a précisé la source policière. Dès la constatation de la disparition, les responsables de l'établissement ont immédiatement averti le service de sécurité de l'hôpital, qui a interrogé les différents personnels afin de savoir si une personne au comportement anormal avait été repérée, mais rien de suspect n'avait été constaté.

Les parents n'ont pas pu être joints par l'hôpital, alors qu'ils venaient régulièrement rendre visite au bébé et avaient un bon contact avec le personnel soignant, a déclaré Christophe Got.

Les policiers, qui se sont rendus à La Timone dès samedi soir, ont mené une enquête de proximité toute la journée de dimanche, mais sans résultat.