"Lesbienne, gay, bi, trans, hétéro: tous et toutes égaux": plusieurs milliers de partisans du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels ont défilé samedi dans plusieurs villes de province, à la veille d'une grande manifestation à Paris.
"Lesbienne, gay, bi, trans, hétéro: tous et toutes égaux": plusieurs milliers de partisans du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels ont défilé samedi dans plusieurs villes de province, à la veille d'une grande manifestation à Paris. - Pascal Pavani afp.com

Avec agences

Après les contre, les pour. Des milliers de partisans du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels - 7.000 selon les organisateurs, un peu moins de 2.000 selon la préfecture de police - sont descendus dans la rue samedi à Marseille, pour faire entendre leur voix face à la forte mobilisation des opposants à ce projet. «Nous sommes là pour répondre aux opposants et rappeler au gouvernement l'engagement de campagne de François Hollande», a expliqué Gilles Dumoulin, président de l'association LGP (Lesbian and Gay Parade) Marseille. Selon lui, le texte doit intégrer la question de la procréation médicalement assistée (PMA), que le gouvernement souhaiterait voir aborder ultérieurement dans un autre projet de loi. «C'est une avancée significative, il faut qu'elle y soit», a-t-il jugé.

Dans le cortège, parti du haut de la Canebière avant de rejoindre la préfecture, de nombreux jeunes, homos et hétéros, certains portant drapeaux et masques couleur arc-en-ciel, mais aussi des familles. Etaient également présents des élus du Parti socialiste - la ministre Marie-Arlette Carlotti, le député Patrick Mennucci et le président de la communauté urbaine Eugène Caselli -, du Front de Gauche et d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

«Mieux vaut une paire de mères qu'un père de merde»

Les manifestants rivalisaient d'imagination, proposant des slogans aussi variés que «Priez pour nous, on baise pour vous», «M'a-t-on demandé mon avis sur votre mariage?», «Mieux vaut une paire de mères qu'un père de merde», «Je veux épouser mon copain, pas mon cousin germain» ou encore «Mon cul est un lieu d'ébats, pas un sujet de débats!». Sur toutes les lèvres, sur les pancartes et affiches, une seule revendication: les mêmes droits pour tous. On pouvait ainsi lire: «Pas de demi-citoyen, tous humain», «Lesbienne, gay, bi, trans, hétéro: tous et toutes égaux», «Egalité des droits: on transige pas».

«L'idée, c'est de montrer qu'on est autant là que les intégristes opposés au mariage», a confié Emmanuelle, âgée d'une vingtaine d'années, venue avec son amie Alice. «On en a tous marre de se faire traiter de pédés, de gouines, on ne s'attendait pas à une telle opposition et à une telle violence», a renchéri Isabelle Mercier, une militante de la cause gay, dénonçant «une montée de l'homophobie en France».

Manifestations dans une dizaine de villes

Au final, plusieurs milliers de partisans du mariage pour tous ont défilé samedi dans les rues d'une dizaine de villes en France avant la manifestation pour l'égalité prévue dimanche à Paris. Des rassemblements se sont notamment tenus dans les rues d'Angers, Brest, Lille, Lorient, Lyon, Metz, Montpellier, Orléans, Grenoble, Clermont-Ferrand ou encore à Nantes où ils étaient plus de 4.000 selon les organisateurs et 1.100 selon la police. A Lyon, 4.500 personnes - selon la police - se sont rassemblées dans l'après-midi devant l'Hôtel de ville pour manifester leur soutien au projet de loi qui sera examiné à l'Assemblée nationale à partir du 29 janvier.

En novembre, plus de 100.000 personnes avaient battu le pavé dans plusieurs villes de France contre le projet. Une nouvelle mobilisation nationale est prévue le 13 janvier, à laquelle devraient se joindre des personnalités de droite.