Un homme face à l'explosion d'un volcan, dans le glacier islandais Fimmvorduhals, près de Reykjavik, le 15 mai 2011
Un homme face à l'explosion d'un volcan, dans le glacier islandais Fimmvorduhals, près de Reykjavik, le 15 mai 2011 - S.THRAINSSON/CATERS NEWS AGENCY/SIPA

Mathieu Gruel

Surtout, ne pas paniquer. Le 21 décembre approchant, l’angoisse de voir le monde disparaître commence à grandir chez certains. Pour éviter la crise de nerfs, 20 Minutes vous donne dix raisons, plus ou moins valables, de ne pas croire à l’Armageddon tant redouté. Et pourquoi tant d’optimisme? Parce que...

…nous avons déjà survécu au bug de l’an 2000

Et à l’époque, ce n’était pourtant pas gagné. L’angoisse était en effet réelle de voir nos appareils technologiques préférés rester coincés dans le siècle précédent. Le chaos qui devait survenir à minuit pétante, entre le 31 décembre 1999 et le 1er janvier 2000, ne s’est pourtant pas produit. C’est que régulièrement, les humains jouent à se faire peur, comme le montre cette liste de prédictions récentes.

…l’interprétation du calendrier maya a été remise en cause

La dernière prédiction cataclysmique en date est donc maya. Et c’est grâce -ou à cause- de la découverte de fresques vieilles de 1.200 ans, par une équipe d’archéologues, que l’angoisse d’un arrêt brutal de la civilisation s’est ainsi propagée. Sauf que cette thèse a été remise en cause en 2010 par d’autres scientifiques. La fin du monde ne pourrait être que la fin d’une période.

…les Mayas n’étaient peut-être pas très fiables

Sauf notre respect envers les Mayas… Ces derniers n’étaient-ils pas un poil farfelus? Notamment quand on observe leur étonnante habitude de pratiquer des sacrifices sanglants. Pire, leur roi s’entaillait lui-même le pénis pour en laisser couler le sang… Pourquoi? Parce que, pour les Mayas, le sacrifice était nécessaire à la survie tant des Dieux que des humains. Sauf que la suite des événements a montré l’efficacité limitée de ces pratiques. La civilisation maya s’est effet éteinte vers 800-900 après J.C. Un mauvais point pour les Mayas.

...les jours rallongent à partir du 21 décembre

Comme par hasard, la fin du monde tombe pile poil au moment où la durée des journées commence à rallonger. Plus qu’une coïncidence, ne faudrait-il pas y voir un signe d’espoir? «Let the sun shine in», disait l’autre… Laissons en effet une chance à l’astre de jour de faire son retour. Plus de soleil pour moins de croyances occultes, nous on y croit.

…j’ai un rendez-vous chez l’ophtalmo

Il est prévu le 7 janvier et j’ai pas mal galéré pour l’avoir. Alors certes,  si tout disparaît le 21 décembre, ma myopie sera bien le cadet de mes soucis, mais je m’accroche quand même à cette date. Ce serait dommage que tout s’écroule si près du bol de sangria.

…Elizabeth Tessier a une autre théorie

Selon l’astrologue qui parlait à l’oreille des puissants, «le monde tel que nous le connaissons va subir dans les cinq années à venir des perturbations et de profonds remaniements, reflétés par la dissonance du couple Uranus/Pluton, générateur d’importantes mutations.» Soit. D’après elle, la prophétie maya n’aura donc pas lieu, mais de grands chambardements sont à prévoir pour les années 2012 à 2016. A noter qu’Elizabeth Tessier avait prédit que 2012 serait une année de changement pour Nicolas Sakozy. Un bon point pour elle. Mais que 2011 devait être une année géniale pour DSK. Raté.

…il nous reste encore cinq minutes

Selon l’horloge de la fin du monde, il nous reste un peu de temps. Cette horloge conceptuelle, sur laquelle «minuit» représente la fin du monde, a été créée en 1947 et est régulièrement mise à jour depuis, par les directeurs du Bulletin des scientifiques atomistes, basé à l'Université de Chicago. Elle utilise l'analogie du décompte vers minuit pour dénoncer le danger qui pèse sur l'humanité du fait des menaces nucléaires, écologiques et techniques. Et d’après sa dernière mise à jour, le 10 janvier 2012, il serait actuellement minuit moins cinq.

…on aimerait bien savoir qui sera le prochain président de l’UMP

Au train où vont les choses, le duel qui oppose Jean-François Copé et François Fillon ne sera pas tranché au 21 décembre. Certes, le maire de Meaux tient actuellement les rênes du parti, mais entre la promesse d’un revote ou celle d’un référendum auprès des militants, ce serait trop bête que le monde s’effondre sans avoir pu assister à la fin du feuilleton.

…parce que Chuck Norris ne laissera jamais faire ça

C’est l’homme providentiel. Le héros en kimono qui peut tous nous sauver. Tout simplement parce que Chuck Norris est trop fort. Et qu’il va forcément péter la gueule à la fin du monde. Si si. Sauf si c’est lui qui décide que c’est la fin du monde, comme le laissent supposer certains sur les réseaux sociaux. Et là, on est mal.

…au pire, on a réservé une piaule à Bugarach

Et si jamais la fin du monde survenait bien le 21 décembre? Une commune, une seule, devrait toutefois échapper au cataclysme. Et par chance, elle se trouve en France, à Bugarach (Aude). Alors, pour assurer le  coup, certains ont réservé une chambre là-bas. Nous on hésite encore.