Des militantes des Femen ont été brutalisées en marge de la manifestation contre le mariage pour tous, le 18 novmebre 2012 à Paris.
Des militantes des Femen ont été brutalisées en marge de la manifestation contre le mariage pour tous, le 18 novmebre 2012 à Paris. - C. VOISIN / 20 MINUTES

Frappées puis embarquées. Tel est le bilan de l'action que les Femen ont mené ce dimanche en marge de la manifestation anti-mariage pour tous de l'institut Civitas. Les féministes aux seins nus, ainsi que la journaliste Caroline Fourest qui les suivait, ont été prises à partie par des manifestants à Paris, ont indiqué plusieurs sources dont une journaliste de 20 Minutes sur place.

«Ils étaient 20 ou 25», a confirmé à 20 Minutes Inna Shevchenko. «Ils m'ont jetée par terre et m'ont littéralement sauté dessus, raconte la représentante des Femen en France. Ils m'ont cassé des dents, et d'autres filles avaient la bouche ou le visage en sang.» Leurs agresseurs? «Le service d'ordre, des nationalistes», affirme-t-elle.

«Ils s'en sont aussi pris aux journalistes, comme moi, parce que je filmais», a indiqué Caroline Fourest sur BFM TV, qui estime avoir eu droit à d'autres coups quand ses assaillants l'ont reconnue. «Nous avons essayé de nous enfuir, mais ils nous ont poursuivies», précise Inna Shevchenko, qui déplore l'absence de policiers sur les lieux.

Une plainte à venir

«Quelques filles ont ensuite été emmenées dans un fourgon pour vérifier leurs papiers», indique la féministe. Caroline Fourest également, avant d'être libérée dans l'après-midi. Les Femen avaient décidé de manifester en opposition à l'appel de l'organisation catholique Civitas. «Pacifiquement comme d'habitude, précise Inna Shevchenko. Avec nos slogans, comme "In gay we trust" ou "Fuck church".»

Inna Shevchenko s'est réfugiée en lieu sûr mais compte bien retourner à son QG du Lavoir moderne dès que possible. «Avant je vais aller faire constater mes blessures par un médecin, et je vais porter plainte», assure-t-elle.

Mots-clés :