Le Dictionnaire des écoliers, bourré de clichés sexistes

19 contributions
Publié le 6 novembre 2012.

EDUCATION - La vérité ne sort pas toujours de la bouche des enfants, finalement...

«Des milliers de mots pour réussir à l’école», dont les définitions rédigées par des élèves de primaire s’avèrent parfois surprenantes voire choquantes. A tel point que le ministère de l'Education nationale a décidé ce lundi de «suspendre jusqu'à nouvel ordre» le site Le Dictionnaire des écoliers. Lancé par le Centre National de Documentation Pédagogique au mois de septembre 2010, il rentrait dans «un grand plan national de lutte contre l'illettrisme» pour «des élèves principalement en difficultés» s'excuse-t-on du côté du ministère.

Sur les réseaux sociaux, le site a beaucoup fait parler de lui. De nombreuses définitions à caractère sexistes ont été dégottées par les internautes. Ainsi, une «femme» pour des enfants du CE2 au CM2, «c'est une maman, une mamie ou une jeune fille. Elle peut porter des bijoux, des jupes et des robes. Elle a de la poitrine». Par exemple, «Miss France est la plus belle femme de France». Le terme «dame», lui, s’utilise plutôt ainsi: «Ce mercredi matin, au supermarché, j'ai croisé une dame très bien habillée.»

«Le père, c’est le chef de famille»

Certes, mais alors un homme? «C'est un humain qui a de la barbe». Tout simplement. Le mot «père», renvoyait en revanche à une définition plus complexe et sexiste: «C'est le mari de la maman, sans lui la maman ne pourrait pas avoir d'enfants. C'est le chef de famille parce qu'il protège ses enfants et sa femme. On dit aussi papa». Et la mère? «C'est une femme qui a des enfants. On l'appelle maman ou mamounette». Aux yeux des enfants, c'est un mot qu'on utilise dans des phrases telles que «ma mère, c'est aussi la maman de mes frères et sœurs» ou, plus cliché, «ma mère repasse les affaires de toute la famille». C’est donc sans surprise que l’on découvre l’exemple donné pour le terme «ménage» : «Tous les dimanches, ma maman fait le ménage: elle rend la maison propre.»

Cet outil pédagogique était présenté comme «le fruit de l'imagination et du travail de milliers d'élèves guidés par leurs maîtres». Chaque définition a été validée par trois référents avant d’être publiée. Le dictionnaire, qui compte plus de 17.000 définitions,  ne contient pas que des clichés sexistes. Côté santé, un obèse y est décrit comme «une personne malade, qui est tellement grosse qu'elle peut à peine marcher». Et côté histoire, on peut prendre l’exemple suivant pour expliquer l’esclavage: «Avoir un chien en ville est une sorte d'esclavage qui implique certaines obligations comme le sortir pour faire ses besoins...»

C’est dire si le programme «ABCD de l’égalité» annoncé par Najat Vallaut-Belkacem et Vincent Peillon au mois d’octobre pour combattre ce genre de «stéréotypes» est le bienvenu. En attendant, le site a «momentanément» fermé ses portes. «En ce qui concerne ces problèmes, c'est quand même innacceptable» admet-on au ministère de l'Education. Une évaluation a été requise par l'Inspection générale de l'enseignement scolaire, portant sur l'ensemble du dispositif. «Les définitions vont être revues et étayées, ou modifiées si besoin dans les cas qui ont été relevés. il s'agit moins d'erreurs que de simplifications réalisées par des élèves principalement en difficultés» annonce le ministère qui  précise toutefois que «le travail réalisé par les enseignants n'est pas mis en cause».

Aurélie Delmas
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr