Les anti-mariage homo manifestent

SOCIETE Ils mettent en avant l'intérêt de l'enfant et le respect de la «parité» dans le couple...

Alexandre Sulzer

— 

Des manifestants contre le mariage homosexuel à la Défense, le 23 octobre 2012.

Des manifestants contre le mariage homosexuel à la Défense, le 23 octobre 2012. — ALEXANDRE GELEBART / 20 MINUTES

Sur le parvis de la Défense, ils sont séparés. A gauche: les papas, en noir et vert. A droite: les mamans, en blanc et rose. Mais pour ces 200 à 300 militants de l’association Alliance Vita, les deux sont indissociables pour élever un enfant. C’est d’ailleurs au nom des droits de celui-ci qu’ils manifestent mardi dans 75 lieux différents en France contre le projet d’adoption étendue aux couples homosexuels et le mariage «ouvert à tous».

«Derrière cette formule, une question est posée: va-t-on effacer la parité au sein des parents?, interroge Tugdual Derville, délégué général de l’association. On est tous issu d’un papa et d’une maman. Sur le plan éducatif, c’est incontestable: l’enfant a besoin d’un père et d’une mère pour se déployer.» Quid des enfants élevés dans des foyers monoparentaux? «On ne leur fait pas croire qu’ils ont un deuxième papa ou une deuxième maman. Avec le mariage des homosexuels, on ment aux enfants», répond-il. Pire, le mariage «ouvert à tous» qu’entend légaliser le gouvernement serait une «discrimination pour l’enfant». «On les prive délibérément d’un père ou d’une mère.»

«C’est de l’ordre de l’évidence»

François, contrôleur de gestion versaillais de 41 ans, trois enfants, est venu protester car avec deux parents du même sexe, «l’enfant ne sera pas heureux». Comment le sait-il? «C’est une conviction profonde fondée sur l’ordre naturel des choses. C’est de l’ordre de l’évidence. Un papa est plus dans l’autorité, une maman plus dans le chérissement [sic], les câlins. Chacun n’a pas les mêmes zones de compétences, les mêmes qualités.» Des couples homoparentaux sont pourtant déjà une réalité. «Mais ce n’est pas parce que des gens grillent des feux rouges qu’il faut abolir les feux rouges.»

«Même les animaux…»

Ségolène, 32 ans et quatre enfants, dont le petit dernier dans la poussette, comprend «le désir d’enfant» des couples homosexuels. «Mais on ne peut pas bricoler la nature humaine sous prétexte d’un désir. Une loi serait nier l’altérité hommes-femmes.» A ses côtés, Christine, une retraitée de 73 ans, elle, est plus tranchante. «Si la loi passe, c’est la dégénérescence de tout, le monde qui capote. Un homme et une femme, c’est fait pour avoir des enfants. L’inverse est contre-nature. Même les animaux ont un mâle et une femelle comme parents.» Plus loin, Yves, un commercial d’Angers, est tombé sur la manifestation par hasard. Et la soutient. «J’ai du mal à imaginer qu’un enfant puisse avoir deux papas. Mais bon, j’ai peut-être un peu de retard…»