Des pots de cannabis thérapeutique aux Etats-Unis.
Des pots de cannabis thérapeutique aux Etats-Unis. - F.J. BROWN / AFP

Alors que le débat sur la dépénalisation du cannabis est reparti de plus belle cette semaine après la sortie de Vincent Peillon, une conférence se tenait justement ce vendredi à Strasbourg sur son utilisation à des fins médicales. 20 Minutes fait le point sur le cannabis thérapeutique.

Il s’adresse à qui?

Des personnes atteintes de maladies aussi diverses que le sida, le cancer, la sclérose en plaques, l’épilepsie, les maladies inflammatoires de l’intestin, l’obésité et l’anorexie, ou encore le syndrome Gilles de la Tourette. 

Quelles sont les vertus thérapeutiques du cannabis?

Les effets euphorisants du THC, la molécule active du cannabis, viennent soulager les douleurs, nausées et autres vomissements liées soit directement à la maladie soit au traitement utilisé contre celle-ci (chimiothérapie, etc.). Le cannabis a également le don de stimuler l’appétit des séropositifs traités par trithérapie. Ces vertus sont connues depuis l’Antiquité où le cannabis était utilisé de manière médicale du Moyen-Orient à la Chine en passant par l’Inde.

Comment est-il administré? 

«Les produits dérivés du cannabis sont généralement ingérés (voie orale), assimilés sous la langue (voie sublinguale), fumés ou inhalés (voie respiratoire)», explique l’Union francophone pour les cannabinoïdes en médecine (UFCM) sur son site. Les effets sont plus rapides lorsque le cannabis est fumé ou inhalé, mais la question de sa toxicité se pose.  C’est ainsi que des chercheurs tentent d’élaborer des médicaments sous des formes différentes, notamment des sprays, composés de cannabinoïdes de synthèse débarrassés également de leurs effets psychotropes.

Où est-il autorisé?

La dépénalisation du cannabis thérapeutique fait son chemin dans les pays occidentaux dans le cadre d’une prescription médicale. En Amérique du Nord, le Canada et treize Etats des Etats-Unis, principalement de l’Ouest du pays, l’autorisent. En Europe, c’est plus partagé. L’usage médical du cannabis est toléré aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Autriche, en Islande, en Belgique, au Danemark, ou encore en République Tchèque.

Quelle est la situation en France?

Malgré des appels réguliers à une dépénalisation du cannabis en France, notamment dans un cadre médical, à l’image de la dernière sortie de Vincent Peillon, les gouvernements successifs ont dit non. A l’heure actuelle, seules des autorisations temporaires d’utilisation (ATU) délivrées depuis 1999 par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ASNM) permettent à certains patients (plusieurs dizaines par an) de pouvoir disposer d'un seul médicament à base de cannabis synthétique. «C'est le Marinol et c'est le moins dosé. C'est pourquoi nous militons pour l'accès à tous les médicaments à bas de cannabinoïdes», a indiqué à 20 Minutes Fabienne Lopez, présidente de l'association Principes Actifs

Mots-clés :