Le port du masque empêche la propagation des microbes.
Le port du masque empêche la propagation des microbes. - SUPERSTOCK / SIPA

«Couvre-toi bien sinon tu vas attraper la mort.» Cette expression courante et ses variantes sont en vogue en hiver, d’autant plus que selon le baromètre Santé Ipsos (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) 2010, près d’un tiers des Français pensent que se protéger du froid empêche d’être atteint par les virus. En réalité, aucune étude scientifique ne démontre le lien entre le froid et la grippe. Par -6°, il ne faut bien entendu pas négliger la doudoune. Mais pour ne pas laisser le virus entrer dans notre organisme, il faut surtout prendre quelques précautions.

Se laver les mains

«Ayez une bonne hygiène personnelle, afin de ne pas laisser les microbes s’installer», conseille Stéphane Marlot, pharmacien dans le 17e arrondissement de Paris. La plus grosse erreur, selon lui, est de ne pas se laver les mains régulièrement. «C’est le meilleur moyen de ne pas inhaler tout ce qui passe.» L’idéal est d’avoir dans son sac une solution antibactérienne, à utiliser après chaque poignée de main ou trajet dans les transports en commun. Aérez également votre appartement.

Le masque respirant

Pour le sex-appeal, c’est raté, mais pour l’originalité, c’est gagné. Au mieux, vous passerez, avec votre masque respirant, pour une créature paranoïaque du retour de la grippe H5N1. «C’est pourtant très efficace, rappelle Stéphane Marlot. Le masque peut-être porté en préventive, mais aussi pour éviter de transmettre aux autres ses propres germes.»

Le vaccin

Contrairement à ce que beaucoup pensent, il n’y a pas que la piqûre pour lutter contre la grippe. «On constate que de plus en plus de personnes ont recours au vaccin homéopathique», indique le pharmacien. La prise d’influenzinum en granules est lui aussi efficace, tandis que les effets secondaires du vaccin classique ont été pointés du doigt. Trois tubes d’influenzinum devraient être nécessaires pour un traitement d’environ 5 mois, remboursés à hauteur de 35% avec une ordonnance.

Mots-clés :