Opération antiterroriste: Jérémie Louis-Sydney est mort d'une balle à l'aorte

Reuters

— 

Jérémie Louis-Sydney, chef présumé d'un groupe islamiste démantelé samedi, a été atteint de plusieurs balles dans un échange de tirs avec la police à Strasbourg, dont une à l'aorte, révèlent les premiers résultats de l'autopsie.

«La déchirure de l'aorte constitue la blessure létale», a déclaré ce mercredi le procureur de la République de Strasbourg, Patrick Poirret, dans un communiqué.

Section de l’artère fémorale

L'homme de 33 ans, qui avait ouvert le feu sur les policiers à leur entrée dans l'appartement d'une de ses compagnes, a été atteint «principalement aux membres inférieurs et au thorax». Un des projectiles a provoqué une fracture du fémur et la section de l'artère fémorale, précise le communiqué.

Les policiers de la brigade de recherche et d'intervention venus l'interpeller à 6h du matin s'étaient retrouvés «face à un individu debout, arme au poing, qui a ouvert le feu», avait raconté Patrick Poirret samedi dernier.

Au moins quatre policiers avaient riposté. L'un d'eux avait été légèrement blessé par deux balles de 357 Magnum tirées dans son casque et dans son gilet pare-balles.

Vers une plainte?

 Le procureur de Strasbourg a ouvert une enquête sur les conditions du décès du jeune homme. Elle a été confiée à l'inspection générale de la police nationale. «Je n'ai aucun doute sur les conditions d'ouverture du feu mais il est naturel que ce soit un autre service qui soit chargé du dossier», avait-il précisé samedi.

La famille de Jérémie Louis-Sidney a dit à plusieurs médias qu'elle réfléchissait à une plainte pour homicide volontaire.

Mots-clés :