Six policiers lyonnais, placés en garde à vue depuis mardi dans le cadre d'une enquête pour des faits de corruption, ont été mis en examen jeudi notamment pour "corruption passive par personne dépositaire de l'autorité publique", a-t-on appris de source judiciaire.
Six policiers lyonnais, placés en garde à vue depuis mardi dans le cadre d'une enquête pour des faits de corruption, ont été mis en examen jeudi notamment pour "corruption passive par personne dépositaire de l'autorité publique", a-t-on appris de source judiciaire. - Jeff Pachoud afp.com

avec AFP

Sept policiers lyonnais, placés en garde à vue depuis mardi dans le cadre d'une enquête pour des faits de corruption, ont été mis en examen ce jeudi notamment pour «corruption passive par personne dépositaire de l'autorité publique», a-t-on appris de source judiciaire.

Un de ces policiers a été placé sous mandat de dépôt, deux autres ont été placés sous contrôle judiciaire, le défèrement étant toujours en cours peu après 20H30. Au total, 13 personnes, dont sept policiers, devaient être présentées jeudi au parquet dans le cadre de cette affaire.

Onze personnes interpellées

Onze personnes, dont sept fonctionnaires, avaient été interpellés mardi matin à leur domicile pour des faits de corruption ou de trafic d’influence. Parmi les sept policiers arrêtés figuraient un officier et des gardiens de la paix.

Seuls deux d’entre eux, selon une source policière proche de l’enquête interrogée par 20 Minutes, sont en poste au commissariat de Venissieux, dans la banlieue sud de Lyon, les quatre autres étant employés au sein de la direction départementale de la sécurité publique du Rhône.

Cinq fonctionnaires avaient été arrêtés à leur domicile et deux d’entre eux sur leur lieux de travail à leur prise de service et placés en garde-à vue au sein de la direction départementale de l’IGPN à Villeurbanne.