Reddit: L'astronaute Chris Hadfield a répondu aux internautes depuis l'espace

4 contributions
Publié le 19 février 2013.

SCIENCE - Pour le premier «ask me anything» réalisé depuis la station spatiale internationale...

«Je suis l'astronaute Chris Hadfield, en train de tourner autour de la Terre. Demandez-moi ce que vous voulez.» Dimanche, le site Reddit s'est offert une première: une séance AMA (ask me anything) depuis la station spatiale internationale. Et Chris Hadfield a détrôné Barack Obama et Bill Gates pour devenir le redditeur le plus cool de l'histoire avec un chat à 400 kilomètres d'altitude relayé vers le Texas par un satellite.

>>Reddit, le nouvel endroit préféré des people, nos explications ici

Le chat avec l'astronaute canadien, qui régale tout le monde avec ses photos sur Twitter, a généré près de 8.000 questions et commentaire et fait suite à un premier AMA réalisé avant de décoller en décembre. Comment se rase-t-on en apesanteur, que ressent-on quand on s'aventure en dehors de l'ISS, l'espace a-t-il une odeur... Sélection des meilleures réponses.

La vie quotidienne

«J'adore dormir en apesanteur. Pas de matelas, pas d'oreiller, pas d'épaules douloureuses. Il suffit de décontracter chaque muscle de son corps pour s'endormir». Pour se raser, pas de rasoir électrique car les poils flotteraient partout mais «un rasoir à lames et de la mousse qu'on essuie». Jouer de la guitare est possible, mais il faut réapprendre à faire les accords barrés en microgravité. Les astronautes calent leurs journées sur l'heure de Londres et ferment les volets pour recréer un cycle de 24 heures alors que l'ISS opère une rotation en 90 minutes, soit 16 couchers et levers de soleil par «jour». Il ne s'est «jamais perdu» dans la station, grande comme un terrain de foot (panneaux solaires inclus) mais il doit «souvent regarder et décider quelle direction, va être le ''haut'' à un moment donné». «Peut-être que c'est ce que ressentent les araignées ou les poissons», spécule-t-il. Il se cogne encore au moins une fois par jour. Il précise que «le vide de l'espace n'a pas d'odeur» mais quand il revient d'une mission en dehors de la station, dans le sas de dépressurisation, «cela sent la poudre». Dans son chat précédent, il avait abordé la question du sexe dans l'espace, presque tabou du côté de la Nasa. «Cela arrivera dans l'espace, comme partout ailleurs. Mais pour un petit équipage, l'attachement émotionnel qui va souvent avec pourrait être dévastateur. Nous avons une hygiène et une vie privée déjà fort limitées. Avec des vaisseaux et des équipages plus vastes, cela deviendra une étape naturelle.»

La Terre vue de l'espace

S'aventurer en dehors de la station lors d'une sortie spatiale est «l'expérience la plus fantastique» de sa vie. «Tout seul dans ma combinaison, je me tenais d'une main, avec le noir infini de l'Univers à ma gauche et la Terre en technicolor à ma droite». L'espace ressemble «à un tapis sans fin de velours piqué de parfaites lumières qui ne clignotent pas, avec l'éclat plus pâle de la Voie lactée». Le continent le plus spectaculaire, c'est «l'Australie avec des couleurs et des textures très artistiques.» Mais son coin préféré, ce sont les Bahamas «avec les récifs qui brillent dans toutes les nuances de bleu». Il apprécie également les nuages noctulescents, qui scintillent à très haute altitude et les aurores boréales. Il n'a pas vu le météore qui s'est abattu en Russie mais en aperçoit en moyenne un par jour qui brûle dans l’atmosphère. Il a ressenti une fois «un frisson» alors que l'un est passé tout près de l'ISS. Cette dernière dispose de réacteurs et peut effectuer des manœuvre d'évitement. Mais des micro cailloux «font des trous en permanence» dans les panneaux solaires.

Devenir un astronaute

Il faut être «en bonne santé (manger des légumes), intelligent (faire ses devoirs) et digne de confiance (bien faire son travail)». Il a appris la «rigueur» comme cadet dans une école militaire, une qualité indispensable pour prendre des décisions «même sous pression». Il faut avant tout être «passionné» et «pourchasser ce but à travers chaque décision». Il estime enfin que la privatisation de la conquête spatiale, notamment avec les premiers ravitaillements de l'ISS par les capsules Dragon de SpaceX, est «l'avenir».

Philippe Berry
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr