Plus nombreux sont les petits astéroïdes géocroiseurs. Environ 6.000 objets ont été répertoriés autour de la Terre, avait mis en garde dès 2008 l'Association des explorateurs de l'espace (ASE), fondée par M. Schweickart, en présentant un rapport intitulé : "La menace des astéroïdes : appel à une réponse globale".
Plus nombreux sont les petits astéroïdes géocroiseurs. Environ 6.000 objets ont été répertoriés autour de la Terre, avait mis en garde dès 2008 l'Association des explorateurs de l'espace (ASE), fondée par M. Schweickart, en présentant un rapport intitulé : "La menace des astéroïdes : appel à une réponse globale". - ESA / AFP / Archives

Philippe Berry

La mission est pour l'instant gardée secrète. Mardi, l'entreprise Planetary Ressources va dévoiler ses plans et le Web spécule avec une certaine excitation sur leur nature.

«Rejoignez-nous pour savoir comment nous allons révolutionner l'exploration spatiale et œuvrer pour assurer à l'humanité une prospérité pour les générations à venir», écrit la compagnie. A sa tête, on retrouve l'un des pionniers de l'exploration spatiale privée, Peter Diamandis, et plusieurs ex-Nasa, dont l'ancien responsable du programme martien, Eric Anderson.

 

Planetary Ressources peut compter sur une jolie brochette d'investisseurs et de conseillers, notamment James Cameron, le co-fondateur de Google, Larry Page, ainsi que le fils du milliardaire Ross Perot.

 

Cap sur un astéroïde?

 

L'entreprise promet «d’ajouter des milliers de milliards de dollars au PIB mondial», en créant une «nouvelle industrie» et «une nouvelle définition» du terme «ressources naturelles». Au vu des personnes présentes et des promesses, la seule explication possible, selon la Technology Review du MIT, c'est un projet pour aller exploiter les ressources d'un astéroïde.

 

Fer, nickel et métaux précieux... Les ressources terrestres sont en quantité limitée. Depuis longtemps, la science-fiction a envisagé d'aller extraire des minerais sur des astéroïdes. Un gros caillou de 250 km de diamètre comme Psyché, situé dans la ceinture d'astéroïdes orbitant entre Mars et Jupiter, contiendrait des quantités de fer et de nickel suffisantes pour satisfaire la consommation terrestre pendant plusieurs centaines de milliers d'années.

 

Sur le blog Bad Astronomy, Phil Plait rappelle que se rendre sur un astéroïde avec le lanceur lourd développé par la compagnie privée SpaceX devrait être possible d'ici une vingtaine d'années. Restera à décider de la logistique la plus appropriée: exploiter les ressources sur place et les transporter, ou pousser doucement un astéroïde plus près de la Terre.