La Royal Society britannique met en ligne jeudi la reproduction d'une gravure du 17e siècle extraite de l'ouvrage "Historia Piscium", ou "Une Histoire des Poissons", dont la publication a bien failli compromettre celle des "Principes mathématiques" de Newton.
La Royal Society britannique met en ligne jeudi la reproduction d'une gravure du 17e siècle extraite de l'ouvrage "Historia Piscium", ou "Une Histoire des Poissons", dont la publication a bien failli compromettre celle des "Principes mathématiques" de Newton. - afp.com

© 2012 AFP

La Royal Society britannique met en ligne jeudi la reproduction d'une gravure du 17e siècle extraite de l'ouvrage "Historia Piscium", ou "Une Histoire des Poissons", dont la publication a bien failli compromettre celle des "Principes mathématiques" de Newton.

Aujourd'hui tombé dans l'oubli, "Historia Piscium", livre richement illustré du naturaliste John Ray, parfois appelé "le père de l'histoire naturelle anglaise", et du zoologiste Francis Willughby, a été considéré en son temps comme révolutionnaire.

Si bien que la Royal Society avait engagé tous ses fonds pour le publier en 1686. Mal lui en prit, puisque l'ouvrage ne tint pas ses promesses et conduisit la Royal Society au bord de la faillite.

Elle fut en conséquence incapable de financer, comme elle s'y était engagée, la publication de l'oeuvre maîtresse du grand scientifique Isaac Newton, "Philosophiae Naturalis Principia Mathematica" ("Principes mathématiques de la philosophie naturelle").

Par chance, un jeune employé de la Royal Society, Edmund Halley, réussit à rassembler les fonds pour publier, en 1687, ce livre où Newton définit les notions fondamentales de la masse et de la force, et expose sa théorie de la gravitation universelle.

La Royal Society lance jeudi une photothèque en ligne qui présente plusieurs illustrations du travail de Ray et Willughby, parmi plus d'un millier de documents témoignant de la richesse de ses 350 années d'histoire.

On pourra y découvrir des gravures du 17e siècle des premières images réalisées à l'aide d'un microscope par Robert Hooke ou encore des illustrations astronomiques des voyages à Tahiti du Capitaine James Cook.

La photothèque de la Royal Society