De petites empreintes et des embryons fossiles ont été découverts sur l'un des plus anciens sites de nidification de dinosaures révélant de nouveaux détails sur l'existence de ces créatures majestueuses, selon une étude publiée lundi aux Etats-Unis.
De petites empreintes et des embryons fossiles ont été découverts sur l'un des plus anciens sites de nidification de dinosaures révélant de nouveaux détails sur l'existence de ces créatures majestueuses, selon une étude publiée lundi aux Etats-Unis. - afp.com

© 2012 AFP

De petites empreintes et des embryons fossiles ont été découverts sur l'un des plus anciens sites de nidification de dinosaures révélant de nouveaux détails sur l'existence de ces créatures majestueuses, selon une étude publiée lundi aux Etats-Unis.

Les traces laissées par les bébés de dinosaures montrent qu'ils restaient dans leur nid jusqu'à ce qu'ils doublent de taille et que les jeunes Massospondylus marchaient sur quatre pattes alors que les adultes se dressaient sur deux pattes.

"Cet incroyable ensemble de nids, datant d'il y a 190 millions d'années, nous donne une vision détaillée de la reproduction des dinosaures tôt dans l'histoire de leur évolution et nous renseigne sur le fonctionnement ancien de leur nid", a déclaré David Evans, paléontologue au Musée royal de l'Ontario.

L'étude menée par des chercheurs canadiens et sud-africains se fondent sur des recherches faites lors de fouilles menées en Afrique du Sud dans le Parc national de Golden Gate Highlands. Elle a été publiée dans la revue des Annales de l'Académie nationale américaine des sciences (Pnas).

Au moins dix nids ont été découverts sur ce site, chacun contenant jusqu'à 34 oeufs.

"Les oeufs, embryons et nids proviennent d'une roche située dans une faille de 25 mètres de long, au bord d'une route", a indiqué le paléontologue Robert Reisz, professeur de biologie à l'Université de Toronto Mississauga.

"Nous avons trouvé dix nids, ce qui laisse penser qu'il y en a bien d'autres dans l'escarpement toujours recouvert par des tonnes de rochers. Nous pensons que beaucoup d'autres nids vont apparaître avec le travail de l'érosion", a-t-il ajouté.

Les fossiles datent d'il y a 190 millions d'années et constituent la preuve la plus ancienne d'un tel comportement chez les dinosaures.