Quarante nouveaux gènes inconnus associés à l'intelligence ont été identifiés

ETUDE Les scientifiques disposent désormais de données supplémentaires qui leur permettront de mieux comprendre des fondements génétiques du quotient intellectuel…

20 Minutes avec agences

— 

Un garçon de neuf ans résout une équation de mathématiques

Un garçon de neuf ans résout une équation de mathématiques — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

« Pour la première fois, nous détectons un nombre important de gènes qui prennent part à l’intelligence ». C’est en ces termes que Danielle Posthuma a annoncé cette semaine, avec son équipe de scientifiques de l’université libre d’Amsterdam (Pays-Bas) avoir identifié 40 nouveaux gènes associés à l’intelligence.

Dans son étude publiée ce lundi dans Nature Genetics, Danielle Posthuma explique avoir étudié le lien entre le génome et les résultats à des tests d’intelligence de plus de 78.000 individus de souche européenne (adultes et enfants).

Egalement en lien avec la réussite scolaire, Alzheimer ou l’autisme

Alors que de précédents travaux avaient permis de mettre en évidence 12 variations génétiques associées à l’intelligence, cette nouvelle recherche - la plus vaste menée jusqu’à maintenant sur le sujet - a permis de débusquer 52 gènes associés au quotient intellectuel (QI) dont 40 jusqu’ici inconnus. La plupart de ces gènes ont une fonction dans le cerveau et plus particulièrement dans la régulation du développement cellulaire.

L’étude a également montré que les variations de ces gènes étaient aussi en lien avec d’autres traits, tels que la réussite scolaire, la maladie d’Alzheimer, la schizophrénie, les symptômes dépressifs, la taille ou encore l’autisme. Par exemple, « une variante associée à une augmentation de l’intelligence est également associée à un risque accru du trouble du spectre autistique », explique Danielle Posthuma. Une autre peut être reliée à une diminution de l’indice de masse corporelle (IMC) ou encore une autre à un risque réduit de schizophrénie.

>> A lire aussi : Des tests génétiques pour détecter les futurs génies

« Des indices clairs sur les mécanismes biologiques sous-jacents de l’intelligence »

« Ces résultats fournissent pour la première fois des indices clairs sur les mécanismes biologiques sous-jacents de l’intelligence », a précisé Danielle Posthuma, ajoutant que le travail était loin d’être terminé.

D’autres études, encore plus vastes, seront nécessaires pour identifier la totalité des gènes qui prennent part à l’intelligence car la famille pourrait être nombreuse. Selon la chercheuse et coauteure de l’étude, on pourrait compter jusqu’à 1.200 de ces gènes.

>> A lire aussi : A 12 ans, elle bat Albert Einstein et Stephen Hawking au test de QI

 

Mots-clés :