Non, Monsanto n'a pas dévoilé une abeille transgénique résistante aux pesticides

DESINTOX Il s'agit d'une fake news qui a été inventée par le site scientifique parodique Science info...

Mathilde Cousin

— 

Une abeille récolte le pollen d'un crocus, le 1er février 2016 à Fribourg, dans le sud-ouest de l'Allemagne

Une abeille récolte le pollen d'un crocus, le 1er février 2016 à Fribourg, dans le sud-ouest de l'Allemagne — Patrick Seeger dpa

  • La multinationale Monstanto n'a pas créé d'abeille transgénique.
  • Toutefois, Monsanto s'intéresse de près à la survie des abeilles.
  • Monsanto mène des recherches sur la génétique de ces insectes.

Monsanto aurait créé une abeille transgénique « résistante aux pesticides néonicotinoïdes. » Cette fausse nouvelle, qui s’est répandue depuis un an  sur les réseaux sociaux, a été inventée par le site Science info. Les rédacteurs anonymes du site expliquent clairement que le site publie «  des informations totalement fausses, voire archifausses et en plus, même pas vraies. »

Une vulnérabilité averrée

Sur le site de Monsanto, il n’y a aucune trace de la création d’une abeille transgénique résistante aux pesticides néonicotinoïdes, preuve supplémentaire que cette nouvelle est fausse.

>> A lire aussi : Fake news, lol et rumeurs : tour d'horizon des sites parodiques qui amusent le web

Les rédacteurs de cette fausse nouvelle se sont inspirés d’une actualité bien réelle : l’impact des pesticides néonicotinoïdes sur les abeilles, qui touchent le système nerveux des insectes. Selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), « l’application de pesticides néonicotinoïdes sous forme de pulvérisation foliaire constitue un risque pour les abeilles. »

Substances interdites

L’agence s’est penchée sur l’utilisation de la clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame, trois pesticides. L’utilisation de ces trois substances en tant que traitement de semences ou de sols est « actuellement interdite sur les cultures qui attirent les abeilles et sur les céréales autres que les céréales d’hiver, excepté dans les serres. Leur utilisation dans des traitements foliaires est interdite sur les cultures qui attirent les abeilles et les céréales, sauf dans les serres ou après la floraison », précise les autorités européennes.

Monsanto, critiqué pour sa production de pesticides, jure prendre la santé des abeilles très au sérieux et a mis en place un comité sur ce sujet.

Pour un représentant de la multinationale, la cause principale de la surmortalité des abeilles ne serait pas les pesticides, mais le varroa, un acarien. Afin de lutter contre ce parasite, Monsanto a racheté en 2011 Beeologics, une entreprise spécialisée dans la santé des abeilles. Les chercheurs de cette entreprise ont déposé un brevet pour modifier l’ANP de l’abeille, une molécule proche de l’ADN, avec pour objectif la limitation de la prolifération du varroa. Un pas vers des abeilles génétiquement modifiées ?