VIDEO. Attentat sur les Champs-Elysées: Macron, Le Pen et Fillon annulent leurs déplacements

TERRORISME Les candidats ont annoncé avoir annulé des visites prévues dans le cadre de leur campagne après l’attaque survenue jeudi soir sur les Champs-Elysées à Paris…

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen, sur le plateau de « 15 minutes pour convaincre », le dernier grand rendez-vous des onze candidats avant l'élection, le 20 avril 2017.

Marine Le Pen, sur le plateau de « 15 minutes pour convaincre », le dernier grand rendez-vous des onze candidats avant l'élection, le 20 avril 2017. — Capture d'écran / France 2

Marine Le Pen et François Fillon ont annulé jeudi soir des déplacements de campagne prévus vendredi, après l’annonce d’une attaque ayant tué un policier sur les Champs-Elysées, a-t-on appris auprès de leurs équipes. Dans la soirée, Emmanuel Macron a annoncé qu'il faisait de même.

>> A lire aussi : Fin de campagne bouleversée par l'attentat des Champs-Elysées

Marine Le Pen devait se rendre dans un refuge pour animaux à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire). « C’est bien sûr annulé », a indiqué Florian Philippot à l’AFP. François Fillon comptait lui rassembler une partie de son équipe de campagne à Chamonix.

>> A retrouver par ici toutes les informations sur l’attaque de ce jeudi soir

Déplacements annulés, mais possibles allocutions

« On est en face d’un acte dont on ne peut pas encore totalement qualifier la nature mais enfin qui ressemble terriblement à un acte terroriste par les événements qui se sont produits », a déclaré le candidat juste avant queFrançois Hollande ne s’exprime.

« On nous laisse entendre qu’il y a d’autres violences ailleurs dans Paris donc je voudrais dire que, moi, dans ces conditions, j’annule les déplacements qui étaient prévus dans ma campagne », a-t-il dit. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur a démenti qu’il y ait eu d’autres violences commises jeudi soir à Paris.

>> A lire aussi : Les candidats réagissent à la fusillade sur les Champs-Elysées

« J’aurai l’occasion de m’exprimer dans la journée » de vendredi, a ajouté François Fillon, expliquant que « la lutte contre le terrorisme doit être la priorité absolue du prochain président de la République ».

En conclusion de l’émission de France 2, l’ex-Premier ministre a estimé qu’il « n’y a pas lieu de poursuivre ce soir et demain la campagne électorale » car « nous devons d’abord manifester notre solidarité » avec les policiers et « avec une population française qui est à juste titre de plus en plus inquiète devant la multiplication des actes terroristes ».