Le ministère américain de l'Energie déclassifie les vidéos des essais nucléaires des Etats-Unis.
Le ministère américain de l'Energie déclassifie les vidéos des essais nucléaires des Etats-Unis. - Laboratoire national de Lawrence Livermore

Ils sont baptisés « Opération Hardtack », « Plumbbob », « Teapot » ou « Castle ». Entre 1945 et 1962, les Etats-Unis ont procédé à 210 essais nucléaires dans l’atmosphère, filmés sous divers angles et documentés avec soin. Pour la première fois, une partie de ces bandes, stockées sous haute sécurité aux quatre coins du pays, sont en train d’être extraites et numérisées pour être analysées une nouvelle fois. Certaines, déclassifiées, sont visibles sur Youtube.

« Nous n’avons pas de données expérimentales dans l’atmosphère pour les armes modernes », [ces essais ayant depuis été interdits], explique dans une vidéo de présentation Greg Spriggs, le physicien spécialiste des armes nucléaires à la tête du projet. Celui-ci vise à « obtenir de meilleures données [grâce aux techniques d’analyse d’aujourd’hui] et mieux comprendre les effets des armes nucléaires », précise le scientifique du Laboratoire national de Lawrence Livermore, rattaché au ministère américain de l’Energie.

>> A lire aussi : La Polynésie commémore les 50 ans du premier essai nucléaire

« Ces films sont sur le point de se décomposer »

Les images, en noir et blanc pour certaines et en couleurs pour d’autres, ont une durée de vie limitée à cause des pellicules sur lesquelles elles sont stockées depuis des décennies. « On sait que ces films sont sur le point de se décomposer au point qu’ils deviendront inexploitables », note Jim Moye, un expert en cinéma qui participe au projet.

L’opération est titanesque : Greg Spriggs estime qu’il existe 10.000 films en tout, dont 6.500 ont été retrouvés à ce jour. Parmi ceux-là, 4.200 ont été scannés et seulement 400 à 500 analysés. Mais seulement une soixantaine, déclassifiés, sont à disposition du public sur Youtube : la procédure administrative de déclassification prend en effet beaucoup de temps – 10 minutes pour chaque film, estime Greg Spriggs dans Wired.

Mots-clés :