VIDEO. Eclipse annulaire de Soleil: Le sud de l'Amérique latine et de l'Afrique aux premières loges

MONDE Si la Lune met près de deux heures à traverser le soleil tel qu'on le voit sur la Terre, le spectaculaire «anneau de feu» n'est apparu que pendant une minute...

20 Minutes avec agences

— 

Le Sud de l'Argentine et du Chili ont pu assister le 26 février 2017 à une éclipse annulaire de Soleil, un

Le Sud de l'Argentine et du Chili ont pu assister le 26 février 2017 à une éclipse annulaire de Soleil, un — MOMO VIÑALS/SIPA

Jusqu’à 97 % du soleil s’est trouvé masqué par la Lune lors de l’éclipse annulaire de soleil qui s’est produite ce dimanche et a été particulièrement visible dans les régions méridionales du Chili et de l’Argentine comme la province de Chubut et la Patagonie. Ce sont ensuite les observateurs d’Afrique centrale et australe qui ont pu profiter du spectacle.

Les spécialistes, tout comme les curieux, ont été comblés quand ils ont vu se former un « anneau de feu » autour du disque noir de la Lune lorsque cette dernière est passée devant le Soleil mais en est restée trop distante pour le cacher totalement.

>> A lire aussi : Eclipse solaire: Cinq idées reçues passées au crible

Munis de télescopes, lentilles spéciales et accessoires bricolés avec du carton, des dizaines de personnes également armées de smartphones et rassemblées à Sarmiento, ville pétrolière de la Patagonie argentine, ont applaudi en voyant la Lune s’approcher du Soleil.

C’est en pleine mer que l’éclipse annulaire de soleil était la plus spectaculaire

S’il faut environ deux heures à la Lune pour traverser le soleil tel que le distinguent les observateurs sur Terre, l’éclipse ne dure qu’une minute. Et c’est à 10h37 heure locale que s’est produit le bref phénomène en Argentine. Environ deux heures plus tard, le « cercle de feu » a été visible en Afrique. En Angola, pour commencer, puis ensuite en Zambie et en République démocratique du Congo jusqu’au coucher du soleil.

Mais c’est en pleine mer que l’éclipse annulaire de Soleil était la plus spectaculaire. Un spectacle qui a donc été réservé aux « navires qui se trouvaient au bon endroit au bon moment », explique Terry Moseley de l’Association astronomique irlandaise (IAA).