Illustration d'un noeud.
Illustration d'un noeud. - SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Le nœud le plus serré de l’histoire de la science a été réalisé grâce au maillage moléculaire le plus complexe jamais obtenu. Il croise, à huit reprises, une boucle d’un millionième de millimètre de longueur composée de 192 atomes. Résultat : un entrelacement dont l’épaisseur représente moins de 200.000 fois celle d’un cheveu humain.

C’est à des chercheurs britanniques que l’on doit cet exploit décrit dans Science ce jeudi. Pour arriver à leurs fins, les spécialistes ont développé une technique novatrice consistant à entremêler une multitude de brins moléculaire en utilisant une méthode proche du tricot.

>> A lire aussi : L'Institut Pasteur combine trois prix Nobel dans l'infiniment petit

« Faire des nœuds est un processus similaire à celui de tisser »

Grâce à cette façon de procéder, les scientifiques espèrent pouvoir non seulement nouer, mais aussi tisser des brins de matières diverses, dont des plastiques et des polymères.

« Faire des nœuds est un processus similaire à celui de tisser, de ce fait les techniques mises au point pour faire des nœuds avec des molécules devraient pouvoir être appliquées au tissage de brins moléculaires », indique ainsi le principal auteur des travaux, David Leigh.

Créer de nouveaux types de matériaux ou améliorer l’existant

Avec, à terme, la possibilité de créer de nouveaux types de matériaux ou d’améliorer des matières déjà existantes, en les rendant par exemple plus souples, plus légères ou plus solides en fonction des besoins.

« Certains polymères naturels tels que la soie d’araignée peuvent être deux fois plus solides que l’acier, donc le fait de tresser des fils de polymère pourrait ouvrir la voie à de nouvelles générations de matériaux légers, super-résistants et plus souples pour les textiles et la construction », se réjouit David Leigh.

Mots-clés :