La fusée de SpaceX réussit l'atterrissage du premier étage de son lanceur

ESPACE En juin, la précédente tentative de faire revenir se poser le premier étage de Falcon 9 sur une plateforme en mer avait échoué...

C. A. avec AFP

— 

SpaceX a lancé sa capsule Dragon vers l'ISS dans la nuit du 17 au 18 juillet 2016

SpaceX a lancé sa capsule Dragon vers l'ISS dans la nuit du 17 au 18 juillet 2016 — John Raoux/AP/SIPA

La société américaine SpaceX a de nouveau réussi à faire poser en douceur, sur le sol, le premier étage de son lanceur Falcon 9 après le lancement réussi dans la nuit de dimanche à lundi de la capsule Dragon vers la Station spatiale internationale (ISS).

Selon des images retransmises en direct, l’engin de 70 mètres de hauteur a atterri à environ trois kilomètres du pas de tir de Cap Canaveral environ dix minutes après le décollage.

Manœuvre délicate

La société californienne fondée et dirigée par le milliardaire Elon Musk, avait réussi cette Manœuvre délicate à quatre reprises auparavant, dont une fois sur la terre ferme en Floride et trois fois sur une barge flottante dans l’océan Atlantique.

En juin, la précédente tentative de faire revenir se poser le premier étage de Falcon 9 sur une plateforme en mer avait échoué.

>> A lire aussi : Pour réchauffer Mars, Elon Musk propose d’y lâcher des bombes nucléaires

Des coûts de lancement élevés

SpaceX espère pouvoir récupérer cette partie du lanceur pour le réutiliser à plusieurs reprises ce qui permettrait de réduire nettement les coûts de lancement. Le carburant de la fusée coûte 300.000 dollars et le coût de production du lanceur 60 millions de dollars, avait détaillé Elon Musk en avril.

Jusqu’à présent, le premier étage des lanceurs est détruit en revenant à grande vitesse dans l’atmosphère.

Outre des provisions pour l’équipage et des matériels d’expériences scientifiques, dont le premier séquenceur d’ADN de l’espace, Dragon apporte à l’ISS le premier des deux adaptateurs prévus (une sorte d’anneau) devant permettre aux futurs vaisseaux commerciaux habités de SpaceX et de Boeing de s’amarrer à la Station. Ils doivent transporter des astronautes pour la Nasa à partir, en principe, de 2017.

Un séquenceur pour détecter de l’ADN extraterrestre ?

Le premier adapteur avait été perdu dans l’explosion en juin 2015, deux minutes après le décollage, de la fusée Falcon 9 qui transportait une capsule Dragon.

Dragon achemine aussi 930 kilos d’échantillons pour des expériences scientifiques notamment des cellules cardiaques, osseuses et musculaires humaines pour mieux comprendre les effets de l’apesanteur sur le système cardio-vasculaire, les muscles et les os, avait précisé samedi Julie Robinson, responsables des programmes scientifiques de l’ISS.

Le séquenceur d’ADN qui est très compacte et que testeront les astronautes de l’ISS, a la capacité d’identifier des microbes, de diagnostiquer des maladies et d’évaluer l’état de santé des six membres d’équipage, et peut même aider à détecter de l’ADN extraterrestre, ont indiqué les scientifiques.

Dragon, la seule capsule capable de revenir sur la Terre après un vol dans l’espace, quittera l’ISS le 29 août et ramènera 580 kilos d’échantillons d’expériences scientifiques effectuées en microgravité ainsi que des déchets et autres matériels usagés.

Mots-clés :