La pyramide de la cité maya Chichen Itza, dans l'Etat du Yucatan, au Mexique, le 20 décembre 2012.
La pyramide de la cité maya Chichen Itza, dans l'Etat du Yucatan, au Mexique, le 20 décembre 2012. - Pedro PARDO / AFP

William Gadoury, un jeune québécois de 15 ans fondu d’astronomie, vient de découvrir une cité maya, située dans un endroit reculé et inaccessible de la péninsule du Yucatan (Mexique). Et ce, sans aller sur le terrain, juste en étudiant les constellations. L’histoire peut paraître invraisemblable, elle est pourtant vraie et était racontée, ce samedi, par le Journal de Montréal.

Rivières, terres peu fertiles et étoiles

« Je ne comprenais pas pourquoi les Mayas avaient construit leurs cités loin des rivières, sur des terres peu fertiles et dans les montagnes. Il fallait qu’il y ait une autre raison, et comme ils adoraient les étoiles, l’idée m’est venue de vérifier mon hypothèse », explique William Gadoury, qui s’intéresse de près aux Mayas depuis la publication du calendrier annonçant la fin du monde en 2012.

Le jeune homme analyse donc une vingtaine de constellations mayas, relie sur une carte les étoiles des différents ensembles stellaires et en déduit que chacune d’entre elles correspond au positionnement de 117 cités mayas. William se penche alors plus sérieusement sur la 23e constellation : elle comporte trois étoiles, mais l’adolescent remarque qu’il n’existe que deux villes répertoriées dans la zone. Il existerait donc une troisième ville, inconnue jusqu’alors ?

Une pyramide et une trentaine de structures ont été observées sur le site

Nous sommes en 2014 et William Gadoury partage alors son hypothèse avec l’Agence spatiale canadienne. Un bon nombre d’images satellites de la Nasa et de l’agence japonaise Jaxa sont passées au crible et, en janvier dernier, le spécialiste en télédétection à l’université du Nouveau-Brunswick, Dr Armand LaRocque fait savoir à William qu’une pyramide et une trentaine de structures ont été observées sur le site. « C’était extraordinaire », commente l’astronaute en herbe qui a bluffé les experts.

William va participer aux fouilles

Alors qu’aucun scientifique n’avait encore découvert une telle corrélation entre les étoiles et l’emplacement des villes mayas, William a, lui, trouvé une 118e cité maya, en plein cœur de la jungle mexicaine. Et il se pourrait même que ce site historique, qu’il a baptisé « K’ÀAK' CHI' » (« Bouche de feu » en français) soit l’une des cinq plus grosses cités mayas jamais mises au jour.

William a été invité par les archéologues a participé aux fouilles de ce nouveau site. un « aboutissement de mes trois années de travail » et « le rêve de ma vie », confie le jeune homme, dont la découverte doit faire l’objet d’un prochain article dans une grande revue scientifique

Mots-clés :