Pluton photographiée par New Horizons le 14 juillet 2015.
Pluton photographiée par New Horizons le 14 juillet 2015. - NASA/JHUAPL/SwRI

La sonde New Horizons n’en finit pas d’apporter des informations précieuses sur Pluton. Ce mardi, les chercheurs ont confirmé que des lacs et des rivières avaient bien pu exister sur la planète naine. Les scientifiques en avaient eu l’intuition en observant la surface de Pluton à l’aide des clichés pris par New Horizons. Ils en ont une confirmation théorique en modélisant les variations climatiques de la planète naine : il y a environ 900.000 ans, « des liquides ont pu exister sur Pluton », a déclaré Alan Stern, qui dirige la mission.

>> A lire aussi : Ce que l’on a découvert sur Pluton, ce qu’il reste à découvrir

Axe de rotation

Mais comment de l’azote a-t-il pu se liquéfier sur une planète aujourd’hui gelée ? Les chercheurs ont expliqué que cela dépendait de l’axe de rotation de la planète. Sur la Terre, les pôles gelés sont le résultat d’un axe d’inclinaison de 23° par rapport au Soleil. L’axe de notre planète ne peut varier que d’un degré, mais sur Pluton il peut osciller de plus de 20° en quelques millions d’années. Il en résulte de fortes variations de pression : « Nos modélisations montrent que la pression a pu être 1.000 à 10.000 fois plus élevée dans le passé », explique Alan Stern. Et quand la pression est plus forte, l’eau ou l’azote se liquéfie.

Aujourd’hui, l’azote est gelé sur Pluton, mais les chercheurs pensent possible que de l’azote liquide subsiste sous la croûte glacée, à environ 1km de profondeur. « Il pourrait être sous forme liquide à la base », estime Orkan Umurhan, chercheur à la Nasa. Les chercheurs pourront-ils confirmer l’intuition que sous la surface à -400°C de Pluton repose un océan liquide ? La sonde New Horizons continuera à les abreuver d’informations jusqu’à la fin 2016.

Mots-clés :