L'astronaute américain Jeff Williams à Baïkonour, le 4 mars 2016.
L'astronaute américain Jeff Williams à Baïkonour, le 4 mars 2016. - SIPANY/SIPA

Son nom est moins connu que celui de Scott Kelly, qui a permis à des millions d’internautes de suivre sa vie dans l’espace au cours de l’année écoulée. Jeff Williams n’est pas pour autant un novice : à 58 ans, l’astronaute américain décollera ce vendredi pour son troisième séjour à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Et, cerise sur le vaisseau, il s’apprête à battre le record de durée cumulée dans l’espace de son compatriote.

@Astro_Jeff, le nouveau compte Twitter à suivre pour votre fix d’infos spatiales

A bord d'un vaisseau russe Soyouz dont le lancement est prévu au Kazakhstan vendredi soir à 22h26, heure française, Jeff William, va effectivement rejoindre l'avant-poste orbital avec ses deux collègues russes Alexey Ovchinin et Oleg Skripochka pour une mission de six mois durant laquelle il deviendra le nouveau détenteur du record américain de temps passé dans l'espace, soit 534 jours.

A la veille du décollage, un prêtre orthodoxe bénit la fusée Soyouz à bord de laquelle Jeff Williams et deux confrères russes rejoindront l'ISS, à Baïkonour, le 17 mars 2016.
A la veille du décollage, un prêtre orthodoxe bénit la fusée Soyouz à bord de laquelle Jeff Williams et deux confrères russes rejoindront l'ISS, à Baïkonour, le 17 mars 2016. - Dmitry Lovetsky/AP/SIPA

Courbatures dans tout le corps

Il surpassera les 520 jours en cumulé de Scott Kelly, 52 ans qui est revenu le 1er mars d'une mission de 340 jours à bord de l'ISS, une durée record en continu dans la Station où il a fait quatre séjours au total.

Jeff Williams et ses deux collègues russes ainsi que les trois autres membre de l'équipage de la Station continueront les centaines d'expériences en microgravité de biologie, de biotechnologie, de science physique et de géophysique qui sont en cours.

The rocket stands!

Posté par NASA Astronaut Jeff Williams sur jeudi 17 mars 2016

L'astronaute américain avait aussi effectué un entraînement en vue de passer un an dans la Station pour éventuellement remplacer Scott Kelly si celui-ci n'avait pas pu effectuer cette expérience qui a commencé en mars 2015 avec son collègue russe Mikhaïl Kornienko.

>> A lire aussi : De retour sur Terre, l'astronaute Scott Kelly prend sa retraite

L'objectif de cette mission est d'étudier les effets physiologiques et psychologiques de longs séjours dans l'espace en vue d'une mission habitée vers Mars. Plutôt dur sur l’homme : peu après son retour sur la Terre le 1er mars, Scott Kelly s'était plaint de courbatures dans tout le corps et avait estimé qu'il était beaucoup plus difficile de se réadapter à la gravité sur la Terre que de s'adapter à la microgravité dans l'espace.

Mots-clés :