Image 3-D d'un cerveau humain.
Image 3-D d'un cerveau humain. - PURESTOCK / SIPA

Pas évident d’imaginer que le cerveau humain a des capacités exceptionnelles en matière de mémoire quand notre vie quotidienne est remplie de petits et grands oublis et autres étourderies.

Pourtant, le cerveau pourrait en fait présenter des capacités de stockage dix fois plus grandes que ce que les études sur le sujet n’avaient montré jusqu’ici. C’est en tout cas la conclusion des chercheurs en neurosciences de l’institut Salk, en Californie (Etats-Unis), qui ont réalisé et analysé une représentation en 3D de l’hippocampe d’un rat, une zone du cerveau capitale pour la mémoire.

26 tailles de synapses et non pas trois 

Leur travail, publié dans le magazine eLife, montre que certains neurones semblent envoyer un double message et ainsi être accompagnés de deux synapses, nécessaires à la communication d’informations entre les neurones.

Initialement prise pour une anomalie, cette spécificité a permis aux scientifiques de découvrir qu’il existe en fait 26 tailles de synapses et non pas trois. Et ainsi de revoir sérieusement à la hausse l’estimation de la quantité totale d’informations que ces synapses peuvent stocker.

D’autant plus que, régulièrement, « les synapses gagnent ou perdent une taille. Elles s’adaptent au signal qu’elles reçoivent », comme l’explique Tom Bartol, de l’institut Salk. Et rendent ainsi notre cerveau bien plus performant qu’on ne le pensait.

Mots-clés :