Vue en image de synthèse de l'atterrisseur Philae.
Vue en image de synthèse de l'atterrisseur Philae. - ESA/ATG medialab

N’entendrons-nous plus jamais le robot Philae ? La réponse, donnée depuis ce lundi, par les responsables de la mission Rosetta semble malheureusement « oui ».

« Pas de nouvelle, mauvaise nouvelle »

Lancés, ce week-end, dans une opération de la dernière chance pour reprendre contact avec le robot-héros, les chercheurs du DLR (centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique) ont échoué. Philae, coincé dans un recoin de la comète Tchouri après son atterrissage raté du 12 novembre 2014 et muet depuis juillet 2015, est resté sans voix.

Ce lundi, le DLR indiquait même sur son compte Twitter que la commande de mise en route de la roue avait bien été envoyée, mais qu’aucun signal n’avait été reçu.

« Pas de nouvelle, mauvaise nouvelle », a, de son côté, affirmé à La Dépêche du Midi, Philippe Gaudon, chef de projet Rosetta au CNES, l’agence spatiale française qui héberge le centre d’opérations scientifiques et de navigation de Philae (Toulouse).

« ça va être dur de passer à autre chose »

« Officiellement nous attendons la fin du mois mais la comète Tchouri s’éloigne du Soleil. Mais, fin janvier il y fera moins 50 °C, c’est la limite supportable pour lui, il est trop tard pour Philae », a ajouté le chef de projet.

Si la fenêtre de communication reste ouverte jusqu’au 21 janvier, il semble donc que Philae ait bel et bien fini de bosser. Philippe Gaudon a d’ailleurs déjà fait savoir « qu’une bonne partie de l’équipe » avait été affectée « dans d’autres missions » et que ça allait « être dur de passer à autre chose »

Mots-clés :