Dans le film
Dans le film - 20th Century Fox

Mars, ses cratères, son eau salée et bientôt ses baraques à frites ? La Nasa et le très sérieux Centre international de la pomme de terre (CIP), vont se lancer fin janvier dans une expérimentation qui pourrait changer la face de la planète rouge : faire pousser des patates sur Mars. Pour savoir si des tubercules peuvent pousser sur le sol martien, les scientifiques vont en reproduire « les conditions atmosphériques, la température, la gravité, le sol et les niveaux de radiation » dans un centre de recherche de Lima, au Pérou.

>> A lire aussi : Acheter le nom d’un cratère de Mars, c’est possible mais pour quoi faire ?

Les neuf variétés de pommes de terre sélectionnées pour ce test seront plantées dans une terre aux caractéristiques très proches du sol martin : la zone aride de la pampa de la région d’Arequipa, au sud du Pérou, a été étudiée depuis 2005 pour ses ressemblances avec la planète Mars. « Environ 80kg de la terre de la Pampa de la Joya seront apportés à Lima » pour y planter des pommes de terre, a expliqué Julio Valdivia Silva, un scientifique péruvien associé au projet.

>> VIDEO. De l’eau s’écoule à la surface de Mars

La patate pour sauver des vies

La pomme de terre péruvienne, particulièrement résistante, parviendra-t-elle à s’adapter aux conditions martiennes ? Sur Terre, elle a réussi à s’implanter dans la majorité des écosystèmes et peut même pousser à plus de 4.000m d’altitude. Mais sur Mars, l’atmosphère composée à 95 % de dioxyde de carbone sera-t-elle propice à la pousse des tubercules ? L’expérience qui débutera fin janvier donnera ses premiers résultats en mars.

Dans le film "Seul sur Mars", le héros fait pousser ses pommes de terre. (20th Century Fox)

Si elle est concluante, elle pourrait ouvrir la voie à une nouvelle ère dans l’exploration spatiale : la Nasa espère envoyer des hommes sur Mars mais pour des missions de longue durée, la quantité de provisions à embarquer est problématique. Si les astronautes pouvaient faire pousser leur nourriture, cela permettrait d’alléger les vaisseaux spatiaux et de prolonger la durée des séjours martiens. « L’idée de faire pousser de la nourriture pour des colonies humaines dans l’espace pourrait être une réalité dans très peu de temps », estime Chris McKay, scientifique de la Nasa. Reste à savoir si, comme Matt Damon dans le film Seul sur Mars, ils devront utiliser leurs excréments comme engrais pour leurs patates.

L’expérience pourrait aussi plaider en faveur de la pomme de terre sur notre planète bleue : si elle s’avère très adaptable et résistante, elle pourrait être un moyen d’assurer la sécurité alimentaire dans un climat qui se réchauffe. « Si nous pouvons faire pousser des pommes de terre dans des conditions extrêmes comme celles de Mars, nous pouvons sauver des vies sur Terre », explique Joel Ranck, directeur de la communication du CIP.

Mots-clés :