Tout savoir sur l'éclipse de «super Lune» de la décennie

ASTRONOMIE Il faut mettre son réveil à 4h00, lundi matin, pour admirer un spectacle qui ne se produit que tous les 20 ans en moyenne...

Philippe Berry

— 

Une éclipse de Lune capturée depuis la Californie, le 4 avril 2015.

Une éclipse de Lune capturée depuis la Californie, le 4 avril 2015. — SIPANY/SIPA

Un tel événement ne s’était pas produit depuis 1982. Et le suivant ne sera pas avant 2033. Dans la nuit de dimanche à lundi, deux phénomènes se produisent en même temps : on pourra admirer une « super Lune », ce moment où notre satellite apparaît le plus gros, combinée à une éclipse totale, qui révèle une « Lune de sang » rougeoyante. Explications.

C’est quoi, une « super Lune » ?

C’est quand la Lune se trouve le plus près de la Terre. Elle apparaît 14 % plus grosse et 30 % plus brillante. La raison : son orbite autour de la Terre n’est pas ronde mais elliptique. A son périgée (le plus près = grosse Lune), elle se trouve à 357.000 km contre 406.000 km à son apogée (le plus loin = petite Lune). Un tel phénomène se produit plusieurs fois par an.

C’est quoi, une éclipse de Lune ?

C’est quand le Soleil, la Terre et la Lune sont alignés (dans cet ordre). Notre satellite passe alors dans l’ombre de la Terre. A la différence d’une éclipse de Soleil, la Lune ne disparaît pas. Elle s’assombrit d’abord puis rougeoie, éclairée par les rayons du Soleil réfractés par l’atmosphère terrestre. Traduction : les rayons du Soleil sont déviés par l’atmosphère, qui bloque certaines longueurs d’ondes de la lumière (du violet au vert) et ne laisse passer que le rouge vers la Lune. La couleur n’est jamais exactement la même car la composition de l’atmosphère change, notamment avec la pollution.

 

Où peut-on voir le phénomène ?

Dans plus de la moité du monde, en Europe, en Afrique et en Amérique. Attention, en France, la Lune sera à environ à 28°, assez basse sur l’horizon. Mieux vaut choisir un endroit sans obstruction immédiate.

A quelle heure en France ?

Les horaires varient à quelques minutes près selon les villes. Les moments les plus importants, rappelés par Sciences et Avenir :

  • 3h07 : Entrée de la Lune dans l’ombre. Un disque sombre la grignote progressivement.
  • 4h11 : Début de la phase de phase de totalité. La lune rougeoie.
  • 4h47 : Maximum de l’éclipse.
  • 5h23 : Fin de la phase de la totalité. Un croissant brillant gagne du terrain.
  • 6h27 : Sortie de l’ombre. Retour à la normale, avant le lever du Soleil, à 7h45.

 

Quelles précautions oculaires prendre ?

Aucune. A la différence d’une éclipse solaire, il n’y a pas de rayons dangereux. Il suffit de se lever, de prévoir une couverture et éventuellement une paire de jumelles pour admirer le spectacle en écoutant Dark Side of The Moon des Pink Floyd.

Comment réussir une photo ?

Rangez votre smartphone au placard. Mieux vaut avoir un appareil photo avec un zoom optique x6, voire x12 au minimum. Pour capturer le plus de détails, fermer l’ouverture au maximum (le plus gros « f », par exemple 11) et choisir l’ISO le plus faible possible pour éviter le bruit (de 50 à 200). Avec un trépied, faire différents essais de durée d’exposition jusqu’à obtenir un résultat satisfaisant. A la main, pour éviter le flou d’une longue pose, il va sans doute falloir augmenter les ISO et l’ouverture jusqu’à trouver un bon équilibre. Pour des effets d’optique intéressants, essayer de placer la Lune à côté d’un bâtiment, d’une colline ou d’un arbre pour qu’elle ait l’air encore plus grosse. Bonne éclipse!

Mots-clés :