Mars One: Le projet de colonisation martienne a du plomb dans l'aile

ESPACE Un éminent soutien de Mars One doute de sa faisabilité en l'état, et Endemol se serait retiré du projet...

N.Bg.

— 

Extrait de la présentation vidéo du projet Mars One.

Extrait de la présentation vidéo du projet Mars One. — Mars One/Youtube

Envoyer des humains sur la planète Mars en 2025 pour un aller sans retour, c’est le projet un peu fou de Mars One, qui a franchi une nouvelle étape la semaine dernière avec la publication d’une liste restreinte de 100 candidats au voyage (dont un Français). Seuls 24 d’entre eux seront sélectionnés au final.

Mais le projet pourrait bien avoir du plomb dans l’aile, nous apprennent les médias britanniques ce lundi. Coup sur coup cet après-midi, le Guardian puis le Daily Mail ont révélé de bien tristes nouvelles pour ceux qui croient encore au planning très optimiste de la mission Mars One. Il y a d’abord cet appel à la prudence en forme de désaveu du prix Nobel de physique néerlandais Gerard ‘t Hooft, soutien de la mission, qui juge hautement irréaliste le planning annoncé par Mars One.

«Les gens ne veulent pas quelque chose dans cent ans»

«Cela prendra bien plus de temps et coûtera bien plus d’argent», affirme au Guardian le physicien, pour qui la certitude de voir les premiers pionniers humains vivre sur Mars demanderait plutôt qu’on attende une centaine d’années et qu’on investisse quelques dizaines de milliards de dollars, là où Mars One évoque plutôt 6 milliards. «Mais les gens ne veulent pas quelque chose dans cent ans», reconnaît-il, expliquant en creux pourquoi l’homme derrière Mars One, le Néerlandais Bas Lansdorp, se montre si optimiste. «Laissons-les être optimistes, et voyons jusqu’où ils peuvent aller», dit gentiment ‘t Hooft, qui continue malgré tout à soutenir le projet.

La seconde balle vient du Daily Mail, qui croit savoir que le géant de la téléréalité Endemol a abandonné son projet de participer à Mars One. C’est en effet grâce à un show télévisé montrant, au moins, l’entraînement de ses pionniers avant leur départ pour Mars que Bas Lansdorp espérait récolter l’argent nécessaire à son audacieux projet. Or Mars One et Endemol ont décidé de ne plus travailler ensemble en raison d’un désaccord sur certains détails du projet, selon le journal britannique. Le Daily Mail précise que Mars One affirme être en contact avec une nouvelle société de production, même si aucun détail n’a filtré sur le sujet pour l’instant. 

Les optimistes peuvent continuer de rêver, mais le premier humain ne foulera peut-être pas le sol martien dans seulement dix ans. Tant mieux pour lui: selon les projections indépendantes du MIT, les premiers colons de Mars One commenceraient à mourir par suffocation au bout de soixante-huit jours sur place…

Mots-clés :