La barge sur laquelle doit atterrir la fusée Falcon 9 de SpaceX, dans l'océan atlantique.
La barge sur laquelle doit atterrir la fusée Falcon 9 de SpaceX, dans l'océan atlantique. - AP/SIPA

Dans la nuit de dimanche à lundi, à 0h10, heure française, SpaceX va une nouvelle fois tenter de faire atterrir sur une barge dans l'Atlantique le premier étage de sa fusée Falcon 9. La première tentative par la société américaine, le 10 janvier, avait été un semi-échec: la fusée avait bien atteint la plateforme, mais elle s'était brisée en plusieurs morceaux. Cette fois, des précautions supplémentaires ont été prises, mais les conditions seront plus difficiles. 20 Minutes fait le point.

>> A lire aussi: Voici comment doit fonctionner l'atterrissage des fusées de SpaceX

Prévisions météorologiques favorables

La fusée Falcon 9 doit prendre son envol ce dimanche depuis la base de l'US Air Force de Cap Canaveral, en Floride, après le coucher du soleil. Les prévisions météorologiques donnent 90% de chances de conditions favorables.

SpaceX a appris de son échec

La société américaine a réglé un problème technique ayant contribué au premier échec en ajoutant des réservoirs permettant de fournir suffisamment de fluides pour le contrôle des ailerons de guidage lors de la descente, explique Hans Koenigsmann, directeur de la mission chez SpaceX.

Pour lui, le première tentative n'était d'ailleurs pas un échec, mais «une étape dans le développement de la technologie pour réussir un atterrissage parfait». SpaceX travaille depuis deux ans au développement de technologies visant à récupérer cette partie du lanceur, ce qui permettrait un jour de pouvoir le réutiliser plusieurs fois et donc de faire nettement baisser les coûts des lancements de satellites et de vaisseaux spatiaux.

Une tentative «plus difficile»

Après s'être séparé du second étage 165 secondes après le décollage, le premier étage de Falcon 9 grimpera à une altitude maximale de 130 km, allumera ses rétrofusées pour freiner sa descente engagée à plus de 2.000 km par seconde. Il les mettra de nouveau en marche avant l'atterrissage, lorsque la vitesse sera descendue à quelques centaines de mètres par seconde.

Mais selon Hans Koenigsmann, «cette nouvelle tentative sera plus difficile» car la vitesse de retour dans l'atmosphère du premier étage sera beaucoup plus élevée. De ce fait, «les chances de réussite sont moins bonnes», a-t-il dit, précisant aussi que la plateforme croisait plus loin des côtes de Floride qu'en janvier. SpaceX a répété que contrôler le premier étage de Falcon, qui mesure l'équivalent d'un immeuble de 14 étages est extrêmement difficile.

Pourquoi cette mission?

La fusée va transporter un satellite de prévision et d'observation des vents solaires «Deep Space Climate Observatory», une mission à 340 millions de dollars financée conjointement par la Nasa, l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) et  l'US Air Force.

Le satellite se séparera du second étage de Falcon 9 quelque 35 minutes après le lancement. Il se placera 110 jours plus tard se placera plus tard sur le point Lagrange 1, un endroit stable de l'espace situé à 1,5 million de kilomètres de la Terre. C'est l'endroit idéal pour surveiller le soleil, selon la Nasa, «car le flot constant de particules ou vent solaire atteint ce point environ une heure avant de frapper l'atmosphère terrestre».

Mots-clés :