VIH, syphilis: Un accessoire pour smartphone dépiste les virus en un quart d'heure

MEDECINE Bon marché, l'appareil pourrait sauver des millions de vies en Afrique...

Philippe Berry

— 

L'accessoire pour smartphone développé par des chercheurs de l'université Columbia se branche sur la prise jack du téléphone.

L'accessoire pour smartphone développé par des chercheurs de l'université Columbia se branche sur la prise jack du téléphone. — S.NAYAK/COLUMBIA UNIVERSITY

C'est une petite révolution médicale: un accessoire pour smartphone permet de dépister le VIH et la syphilis en moins de 15 minutes avec la même efficacité qu'un laboratoire à plusieurs milliers de dollars.

Il suffit d'une goutte de sang, prélevée par le petit appareil, puis une app s'occupe de l'analyse. Samuel Sia, de l'université Columbia, a mené un programme test auprès de 96 patients au Rwanda, et les résultats sont publiés mercredi dans la revue Science Translational Medicine.

34 dollars vs 18.000 dollars

Le système a trois avantages. Il ne coût que 34 dollars, contre 18.000 dollars pour l'équipement des laboratoires qui réalisent des tests Elisa, et il est bien plus fiable, selon les chercheurs, que les dépistages «à la maison» déjà existants, qui doivent toujours être complétés par des analyses supplémentaires. Surtout, il est auto-alimenté par la prise jack du smartphone et ne nécessite donc pas d'être branché sur secteur, un point capital pour mener des programmes dans des zones reculées.

Selon Samuel Sia, il n'y a pas besoin d'avoir de compétences techniques pour utiliser l'appareil. Une formation d'une demi-heure suffit pour apprendre à s'en servir et à décrypter les résultats.

Les smartphones explosent en Afrique

Les smartphones sont en train de bouleverser les diagnostiques médicaux. Examens oculaires, détection de Parkinson, de la malaria ou du VIH, suivi de sa glycémie, nos téléphones sont en train de devenir des laboratoires ambulants boostés par la puissance du Cloud.

Dans les pays en voie de développement, l'informatique et Internet n'ont pas décollé dans les années 90-2000, notamment à cause de la lourdeur de l'équipement et des infrastructures. De nombreux pays sont directement passés au téléphone portable et migrent vers le smartphone. Selon IDC, les ventes ont triplé au dernier trimestre 2014 par rapport à l'année précédente. Avec des smartphones à moins de 50 euros, la tendance devrait se poursuivre. Selon Informa, un Africain sur trois devrait avoir un smartphone en 2017.

Mots-clés :