Le concept de réacteur à fusion nucléaire de Lockheed Martin utilise une architecture nouvelle.
Le concept de réacteur à fusion nucléaire de Lockheed Martin utilise une architecture nouvelle. - E.SCHULZINGER/LOCKHEED MARTIN

Recréer le Soleil dans une boîte. Tel est le Graal de la fusion nucléaire, qui piétine depuis 20 ans. Et alors que le réacteur ITER de Cadarache ne devrait pas être opérationnel avant 2020, Lockheed Martin a lâché une bombe, mercredi: le groupe américain de défense a présenté un concept de réacteur compact qui serait dix fois plus efficace que les modèles actuels. A tel point qu'un réacteur de la taille d'un gros camion pourrait fournir assez d'énergie pour alimenter une ville de 100.000 habitants. Un avion n'aurait plus besoin de se ravitailler et un vaisseau spatial pourrait faire le voyage vers Mars en un mois au lieu de six.

Une réaction qui pourrait devenir propre

Effet d'annonce ou vraie avancée, impossible à dire pour l'instant. Plusieurs scientifiques interrogés par Mother Jones se montrent très sceptiques. Lockheed n'a pour l'instant rien publié, si ce n'est un design «en bouteille» simplifiant grandement le vielle architecture soviétique Tokamak notamment employée à Cadarache.

Sur le papier, la fusion nucléaire est assez simple. A l'inverse de la fission employée dans les centrales nucléaires actuelles, les noyaux ne sont pas divisés mais fusionnés. Un cocktail gazeux, à l'heure actuelle, deutérium-tritium, deux cousins «lourds» de l'hydrogène, est chauffé à ultra-haute température, ce qui permet aux noyaux de fusionner pour créer de l'énergie et des résidus radioactifs. Les déchets sont moins importants que dans le cadre de la fission mais ils ne sont pas complètement absents. En changeant la recette, il serait toutefois possible de les éliminer pour de bon.

Contenir le plasma

Dans la pratique, il faut de grandes quantités d'énergie réussir une fusion. Si le design de Lockheed permet véritablement une efficacité 10 fois plus élevée, cela sous-entend un volume de plasma (gaz ionisé) plus important, chauffé à plus de 100 millions de degrés. Il faudra donc des champs magnétiques surpuissants pour que le mélange reste en lévitation dans la chambre sans toucher les bords, car aucun matériau ne pourrait y résister. Bref, l'Américain a encore tout à prouver avant qu'on puisse vraiment rêver.

>> Les explications de Lockheed Martin en vidéo

Mots-clés :