Mars: Vingt-deux Français parmi les candidats à la colonisation

ESPACE – Les premiers colons s'envoleraient vers la planète rouge en 2025, assure la société Mars One...

J.M. (avec AFP)

— 

Des installations sur la planète Mars, imaginées par la société Mars One.

Des installations sur la planète Mars, imaginées par la société Mars One. — AFP PHOTO / MARS ONE

Quelque 1.058 personnes originaires de 107 pays ont été présélectionnées pour participer à un groupe d'éventuels premiers colons de la planète Mars en 2025, a-t-on appris cette semaine auprès de la société Mars One, à l'origine du projet. Alors que plus de 200.000 personnes originaires de 140 pays s'étaient inscrites pour faire partie de cette première vague de colonisation, 1.058 ont été retenues pour la deuxième phase des sélections, a indiqué la société néerlandaise dans un communiqué.

Parmi les pays se trouvent d’abord les États-Unis avec 297 présélectionnés, le Canada (75), l’Inde (62), la Russie (52), l’Australie (43), la Chine (40), la Grande-Bretagne (36), l’Espagne (27) ou encore la France (22). Parmi les Français se trouve une candidate, Florence Pourcel, qui a déclaré à RTL: «On va quand même quitter la Terre définitivement, ce qui n'a jamais été fait. Il faudra vivre en milieu clos jusqu'à notre mort, entouré de quelques dizaines de personnes. C'est un voyage sans retour, on y va pour s'installer». Elle avait été informée de sa présélection le 30 décembre dernier.

«Le défi avec 200.000 inscrits est de séparer ceux que nous pensons être capables, mentalement et physiquement, de devenir les ambassadeurs humains sur Mars, de ceux qui prennent la mission moins au sérieux», a assuré Bas Lansdorp, cofondateur et PDG de Mars One, cité dans le communiqué.

Des tests sur les «capacités physiques et émotionnelles» des candidats

Le projet de Mars One, qui veut financer cet aller simple pour la planète rouge par des émissions de télévision notamment, fait de nombreux sceptiques malgré le soutien du Néerlandais Gerard 't Hooft, prix Nobel de physique 1999.

La société va sélectionner, en plusieurs phases, les 24 colons potentiels répartis en six groupes de quatre personnes. Ces sélectionnés devront passer plusieurs séries de tests physiques, médicaux et mentaux, et participer à des «simulations, notamment en groupe, avec un intérêt particulier pour leurs capacités physiques et émotionnelles», a ajouté Mars One.

Un premier voyage vide en 2018

La société avait annoncé en décembre avoir signé un contrat de 250.000 dollars avec Lockheed Martin Space Systems, la division Espace du groupe de défense américain, pour étudier le «concept» d'un engin d'atterrissage. Cet engin devrait d'abord être envoyé vide sur la planète rouge en 2018. Elle a également lancé en ligne un projet de financement participatif.

Outre la difficulté de trouver les 6 milliards de dollars nécessaires, selon les estimations, le projet de Mars One, comptant sur des financements privés, fait face à de nombreux obstacles. En plus de l'incapacité de revenir sur Terre pour les astronautes, ces derniers devront vivre dans de petits habitats, trouver de l'eau, produire leur oxygène et cultiver leur propre nourriture. Or Mars est un grand désert dont l'atmosphère est surtout constituée de dioxyde de carbone et où la température moyenne est de -63 degrés Celsius.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.