Image de la Nasa montrant la comète ISON s'approchant du Soleil, le 28 novembre 2013.
Image de la Nasa montrant la comète ISON s'approchant du Soleil, le 28 novembre 2013. - NASA

Nicolas Bégasse

Les scientifiques lui donnaient un peu moins d’une chance sur deux de survivre, ils étaient encore trop optimistes: la comète ISON, cette immense boule de glace qui a parcouru plusieurs années-lumière pour se diriger tout droit vers notre Soleil, n’a pas survécu à son passage près de l’astre solaire.

Sur les images captées par la Nasa, on voit très clairement la comète et sa queue longue de 90.000 kilomètres approcher du Soleil et, tout près de l’astre, disparaître soudainement. Vers 21h, les astronomes n’avaient plus guère d’espoir de voir la comète réapparaître. «Ce qui compose cette comète contient de l’oxygène, et s’il y a de l’oxygène, alors on l’aurait vu sortir du Soleil», commentait ainsi vers 21h Dean Pesnell, du Solar Dynamics Observatory, un satellite d'observation de la Nasa, en direct du live vidéo organisé par l'agence spatiale américaine. Sous-entendu: la comète s’est désintégrée.

Satané électromagnétisme solaire

Le scientifique laissait tout de même une porte ouverte: «Dans quelques heures, on en aura la certitude; quand on aura laissé à la queue de la comète la possibilité de se reformer» et donc de redevenir visible. Mais les espoirs semblent bien minces.

Son collègue de la Nasa Alex Young établissait jeudi soir une première théorie expliquant la destruction d’ISON, illustrée par l’image ci-dessous: un nuage électromagnétique provenant du Soleil aurait privé la comète de sa queue, provoquant son anéantissement.

Ce jeudi soir, l’espoir restait permis de revoir ISON après son passage près du Soleil, mais même ces optimistes de scientifiques n’y croyaient plus trop. «It’s not looking too good», concluait Alex Young, en attendant la confirmation, à venir dans les prochaines heures, de la destruction de la «comète du siècle» par le Soleil.