La planète Gliese 667C, avec son étoile principale et deux secondaires dans le ciel (vue d'artiste)
La planète Gliese 667C, avec son étoile principale et deux secondaires dans le ciel (vue d'artiste) - ESO

A l'échelle astronomique, c'est presque la porte à côté. Des chercheurs de l'Observatoire européen austral (ESO) ont identifié un système situé à 22 années-lumière du nôtre, comprenant trois «super-Terres» orbitant dans la zone habitable de leur étoile. Traduction: ces trois planètes ont une masse proche de celle de la Terre (entre 2,7 à 3,8 fois supérieure) et elles se trouvent dans la bonne fourchette de température pour abriter de l'eau liquide.

Avec les instruments actuels, les astronomes n'ont malheureusement pas les moyens de déterminer leur composition exacte et en sont réduits à des spéculations. Selon eux, ces trois voisines sont «probablement rocheuses» mais ils ne savent pas si elles sont dotées d'une atmosphère. Pour cela, il faudra attendre des observations directes via le télescope spatial James Webb, qui sera, si tout va bien, lancé en 2018.

Une petite étoile

Jusqu'à présent, une seule planète habitable avait été détectée autour de Gliese 667. Il s'agit d'une naine rouge, une étoile trois moins moins volumineuse que notre Soleil, qui n’émet qu'une infime fraction de son énergie. Cela signifie que la zone habitable du système est beaucoup plus près de l'étoile: les trois planètes en font le tour en moins de deux mois; et à cause d'une configuration particulière, une face est toujours dans la lumière et l'autre toujours dans la pénombre.

Ce n'est pas la première fois que les astronomes découvrent une planète habitable autour d'une telle étoile. Mais avec trois d'un coup, ils estiment qu'il y a sans doute davantage de planètes habitables que d'étoiles dans notre galaxie.

Encore très loin

A 22 années-lumière, Gliese 667 est l'un des systèmes les plus proches du nôtre qui pourrait être propice à la vie. Si Proxima du Centaure se trouve à seulement 4 années-lumière de la Terre, sa planète détectée plus tôt cette année possède des conditions infernales. Il est cependant possible que les astronomes lui trouvent des petites sœurs.

Que ce soit à 4 ou 22 années-lumière, envoyer des sondes en repérage n'est cependant pas à l'ordre du jour: avec la technologie actuelle, il leur faudrait plus de 20.000 ans pour arriver à destination. La prochaine frontière est encore bien lointaine.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé