Le cancer existait déjà à l'époque de l'homme de Néandertal

SCIENCES Des chercheurs ont identifié la plus vieille tumeur du monde, âgée de 120.000 ans...

P.B.

— 

L'Homo sapiens devient adulte plus lentement que son ancêtre l'homme de Neandertal, selon une recherche euro-américaine publiée lundi aux Etats-Unis et qui s'appuie sur une nouvelle analyse de dents des deux espèces à l'aide de rayons X très puissants.

L'Homo sapiens devient adulte plus lentement que son ancêtre l'homme de Neandertal, selon une recherche euro-américaine publiée lundi aux Etats-Unis et qui s'appuie sur une nouvelle analyse de dents des deux espèces à l'aide de rayons X très puissants. — Mandel Ngan AFP/Archives

La disparition de l'homme de Néandertal reste toujours un mystère. En revanche, il semble bien que notre cousin ait déjà souffert du cancer, alors que les scientifiques estimaient que l'apparition de cette anomalie cellulaire était bien plus tardive.

L'analyse d'une côte d'un homme de Néandertal vivant dans la région de Krapina, en Croatie, il y a 120.000 ans, a révélé la présence d'une tumeur osseuse, écrivent des chercheurs de l'université du Kansas dans la revue PLOS One.

Jusqu'à présent, les premières traces de cancers avaient été détectées dans des momies égyptiennes au maximum âgées de 4.000 ans, expliquent les scientifiques à la BBC.

Parce que le squelette n'est que partiel, les chercheurs n'ont pas pu mesurer l'impact de la tumeur sur la santé de cet individu. Mais selon eux, cela prouve que le cancer n'est pas apparu récemment, comme d'autres experts l'affirmaient.

Mots-clés :