Russie: «Il ne s'agit pas d'une pluie de météorites, mais d'un seul objet»

13 contributions
Publié le 17 février 2013.

INTERVIEW - L'accident qui a fait plusieurs milliers de blessés en Russie est-il rare? Le point sur ce phénomène avec un astronome...

Le ciel nous tombe sur la Terre, mais faut-il s’inquiéter pour autant? Alors qu’une météorite vient de causer la panique -et pas mal de blessés- en Russie, 20 Minutes fait le point avec Jérémie Vaubaillon, astronome à l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCEE).

D’abord, qu’est ce qu’une météorite?

Disons que c’est une sorte de caillou, qui se trimballe dans le système solaire et qui rentre dans l’atmosphère. A ce moment-là, selon leur composition, certaines peuvent se désintégrer totalement avant de toucher la terre. Celles-ci sont constituées de roches friables, comme de la roche volcanique.

Et celles qui ne se désintègrent pas?

Dans ce cas, il s’agit de météorites ferreuses, qui ont moins de chance de se désintégrer. Il existe un exemple célèbre avec l’astéroïde 2008TC3, qui s’était écrasé au nord du Soudan. Chaque année, trois à cinq météorites tombent ainsi sur le sol en France métropolitaine. Et dans le monde, cela représente plusieurs milliers de tonnes. L’équivalent de 1.000 camions de 30 tonnes qui s’écrasent chaque année sur la planète.

Pourquoi a-t-on assisté à cette «pluie de météorite » en Russie?

Je pense que ce terme n’est pas approprié. Il ne s’agit pas d’une pluie de météorites, mais d’un seul objet. Le fait que l’on entende deux «bangs» ne signifie pas qu’il y ait deux objets. Il y en avait bien une seule météorite, mais qui s’est cassée en deux.

La lumière et le bruit d’explosion, c’est normal?

Pour qu’un corps astral produise ce type de «bang», il faut qu’il ait pénétré dans l’atmosphère. C’est comme un avion qui passerait le mur du son. C’est d’ailleurs ce gros «bang» qui a occasionné les dégâts en cassant toutes les vitres. Quant à la lumière, cela se produit  à partir de l’entrée du caillou dans l’atmosphère et jusqu’à environ 20 km d’altitude.

Cet événement a-t-il quelque chose d’exceptionnel?

Ce sont des choses qui arrivent… Mais capter un événement de cette ampleur en vidéo, ça reste quand même assez rare. Il s’agit plus fréquemment de petits cailloux, comme les étoiles filantes qui peuvent être observées toutes les nuits. Pourtant, tout le monde, en plaçant une petite caméra sur le rebord de sa fenêtre, pourrait avoir une chance de voir des météorites, notamment par beau temps.

Les Russes ont des caméras dans leurs voitures, les Français devraient donc en avoir sur leurs rebords de fenêtres…

C’est une idée… Nous venons d’ailleurs de déposer un projet, pour permettre l’installation de caméras sur tout le territoire. S’il est accepté, l’idée serait, dans le cas où un événement similaire viendrait à se produire en France, de le repérer plus précisément et d’aller ensuite à la chasse aux météorites, en faisant participer tout le monde. Alors oui, pourquoi pas?

Propos recueillis par Mathieu Gruel
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr