Donner son sang n'aura pas pris plus de 30 minutes à Véronique, hier, au centre de Nice TNL.
Donner son sang n'aura pas pris plus de 30 minutes à Véronique, hier, au centre de Nice TNL. - J.C. MAGNENET / ANP / 20 MINUTES

J.M. avec Reuters

Les dons de sang par les hommes homosexuels ne seront bientôt plus interdits en France, a annoncé ce jeudi Marisol Touraine. «Le critère ne peut pas être la nature des relations sexuelles ou l'inclination sexuelle», a précisé la ministre de la Santé et des Affaires sociales en cette journée mondiale du don du sang.

Une évolution «dans les mois qui viennent»

«Le seul critère, c'est celui du risque et de ce point de vue-là, nous allons avancer pour faire en sorte que les hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes, soient en mesure de donner, puisque ce n'est pas, en soi, un facteur de risque», a poursuivi Marisol Touraine après avoir elle-même donné son sang «pour montrer l'exemple».

La ministre a annoncé une évolution dans ce sens «dans les mois qui viennent». La justification apportée jusqu'à présent par les précédents gouvernements et des épistémologistes était la plus grande prévalence du virus du Sida dans la communauté homosexuelle, considérée par défaut comme une population à risque.

«Pas de population à risque en raison de leur orientation sexuelle»

Les précédents ministres de la Santé, Xavier Bertrand et Roselyne Bachelot avaient pourtant promis d'ouvrir le don du sang aux homosexuels sans jamais concrétiser ces voeux. «L'enjeu n'est pas de nier l'impératif de sécurité. Le risque ne doit pas être accepté en tant que tel. Simplement, il n'y a pas de population à risque en raison de leur orientation sexuelle», a ajouté Marisol Touraine.

Cette annonce va dans le sens des revendications des associations de lutte contre les discriminations ou encore de l'appel lancé en 2011 par le Défenseur des droits Dominique Baudis.