Marseille: Des punaises de lit infestent des services de l’hôpital de la Timone

INFO «20 MINUTES» Tout le douzième étage de l’hôpital est infesté depuis plusieurs jours…

Adrien Max

— 

Le service d'imagerie mŽdicale de l'h™pital de la Timone. Des mŽdecins y rŽalisent des autopsies virtuelles afin de dŽterminer les causes de la mort. Ici un mŽdecin traite un dŽcŽs du a un accident de la route. Marseille, le 20 septembre 2011.

Le service d'imagerie mŽdicale de l'h™pital de la Timone. Des mŽdecins y rŽalisent des autopsies virtuelles afin de dŽterminer les causes de la mort. Ici un mŽdecin traite un dŽcŽs du a un accident de la route. Marseille, le 20 septembre 2011. — Patrice Magnien/20 Minutes

  • Selon un infirmier, des punaises de lit infestent plusieurs services à l’hôpital de la Timone, une information confirmée par un syndicaliste.
  • La direction de l’hôpital aurait demandé au personnel de ne pas divulguer l’information.
  • Celle-ci indique avoir fermé le service concerné pour procéder à une désinfection et surveiller la situation de très près.

« En plus des rats et des cafards, les punaises de lit, ça commence à faire beaucoup », se désole Simon*, infirmier à l’hopital de la Timone, à Marseille, depuis début 2016.

Depuis quelques jours, les punaises de lit infestent plusieurs services de l’hôpital, qui connaît actuellement de nombreux remous. « Ça a commencé un peu avant les fêtes de Noël, apparemment tout le 12e étage serait concerné », confirme Yves Castino, délégué CGT de la Timone.

>> A lire aussi : Personnels supprimés, pénurie de pansements… L’hôpital est en crise à Marseille, quelles conséquences pour les patients?

Risque de propagation

Selon Simon, le service de neuro-oncologie du professeur Olivier Chinot serait l’un des plus touchés, mais le phénomène se propagerait au service de neurologie du professeur Henry Dufour. « Ils ont voulu répartir les patients dans d’autres services le temps de régler le problème mais mon unité a refusé faute de place. Le risque c’est que ça se propage encore à d’autres services comme c’est déjà le cas », s’inquiète l’infirmier.

Yves Castino s’interroge également sur la pertinence de cette stratégie : « Ils veulent évacuer le 12e pour transférer les patients et le personnel en ophtalmologie mais tout le monde se dit que ça va répandre les punaises de lit. »

>> A lire aussi : Nantes: Les urgences du CHU restent perturbées après la découverte de punaises de lit

Des consignes ont bien été données au personnel soignant pour les guider, « ils nous ont dit de mettre des surblouses, de fermer les portes des chambres des patients pour éviter la prolifération », et surtout pour leur demander de se taire.

On a reçu comme consigne orale de ne pas ébruiter l’information et surtout pas à la presse. Or il faut justement en parler pour régler le problème », considère Simon.

Fermeture du service

De son côté, la direction de l’établissement explique : « Un patient a été hospitalisé au 12e étage de la Timone adultes fin décembre or il était contaminé par des punaises de lits. Il a donc importé des punaises dans sa chambre d’hôpital. Dès que des punaises ont été décelées par le personnel, celle-ci a été entièrement désinfectée pour éviter toute propagation. »

>> A lire aussi : Un centre médical pour enfants unique en France financé par les Pièces Jaunes à Marseille

Seulement quelques jours plus tard, des punaises ont été identifiées dans d’autres chambres de la même unité. Pour faire face à cette situation, la direction a pris la décision de fermer totalement l’unité concernée pour la désinfecter d’après les recommandations du Comité de lutte contre les infections nosocomiales.

Les patients ont été installés dans une nouvelle unité qui a été ouverte à cette occasion mercredi. Ils ne réintégreront les locaux initiaux qu’après la vérification de l’absence totale de punaise, ce qui pourrait prendre une dizaine de jours », ajoute la direction.

Elle indique qu’un contrôle régulier est organisé dans la nouvelle unité accueillant les patients et dans d’autres points de l’hôpital afin de surveiller l’évolution de la situation.

* Le prénom a été modifié